DES CANIVEAUX EN CONSTRUCTION DÉJÀ ENVAHIS PAR DES IMMONDICES !

Spread the love

Ce lundi 10 juin 2019, 100 jours viennent de s’écouler depuis le lancement, le 2 mars 2019 par le Chef de l’Etat, du programme d’urgence pour la construction et réhabilitation de certaines infrastructures de base. Il s’agit des infrastructures routières et des ouvrages d’assainissement, des écoles et des structures de santé ainsi que du renforcement de la desserte en eau et électricité, etc.

Ces activités sont visibles à travers plusieurs chantiers en cours ou achevés à travers l’ensemble du territoire national. Cependant, l’on déplore déjà des actes inciviques tendant à détériorer ces ouvrages d’utilité publique. C’est le cas des caniveaux nouvellement construits ou en pleine construction qui sont déjà envahis par des immondices.

Une équipe de reportage de congovirtuel.org en a fait le constat dernièrement au cours d’une descente sur terrain. Cette situation est observée notamment sur l’avenue Luambo Makiadi, ex-Bokassa, sur son tronçon situé entre l’avenue Kabinda et le camp Mbaki dans la commune de Barumbu. Des riverains de cette avenue, dont des commerçants de tous ordres et des habitants, déverses leurs déchets dans la partie des caniveaux déjà achevés, alors que les ouvriers de l’OVD s’activent sur leur prolongement immédiat.

Certainement conscients de leurs forfaits, ces riverains se montrent hostiles à la présence d’une caméra ou d’un appareil photo, faisant semblant de refuser d’être filmés. D’autres choisissent simplement de s’éclipser à l’approche des reporters.

Trouvé en pleine inspection des travaux dans sa juridiction pour s’assurer du bon rythme de leur déroulement, le Bourgmestre de Barumbu, Guillaume Ilunga, a déploré cette situation et assuré qu’à chacun de ses passages, il ne manque pas d’interpeller ses administrés et même les passants, tout en les invitant à être les premiers protecteurs de ces ouvrages dont ils sont bénéficiaires. Les riverains doivent s’éloigner de 7 mètres en moyenne de la chaussée et des ouvrages d’assainissement.

Il ne reste, cependant, pas moins que la population doit comprendre que les caniveaux ne sont pas des dépotoirs.

JEK

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
12 + 28 =