LA LIBRE BELGIQUE VEUT LAVER LA MAFIA DE KATUMBI

Spread the love

« Moïse Katumbi, candidat à la présidentielle congolaise, intercepté avec un faux passeport en Belgique ». C’est le titre de la publication, vendredi 15 juin, du quotidien belge La Libre Belgique dans son édition en ligne. Dans le corps de l’article, la  consœur affirme que ‘’Moïse Katumbi, homme d’affaires et candidat à l’élection présidentielle en République démocratique du Congo, a été intercepté à l’aéroport de Zaventem alors qu’il voyageait avec un passeport falsifié. Une information jusqu’ici rapportée vendredi par Het Laatste Nieuws, un autre média belge ». Et d’ajouter : « la profession sur le document n’était pas correcte ». Jusqu’ici pas de problème.

Là où cela devient curieux, c’est lorsque le même journal affirme voir l’ombre de Joseph Kabila partout dans la pluie des tripatouillages de l’ancien gouverneur de l’ex province du Katanga. Pour ce journal belge, des sources diplomatiques affirmeraient  qu’il pourrait s’agir d’une manœuvre de son concurrent Joseph Kabila. Du côté de la police belge, l’on a indiqué que Moïse Katumbi a été arrêté dans la nuit de mercredi à jeudi après qu’il a atterri à Brussels Airport d’un voyage en Israël. Et pendant le contrôle de son passeport, un problème est apparu. Une fausse page d’identité a été jointe à son passeport, ajoute-t-on du côté de la police, sans dire par quel mécanisme cette page a été jointe.

Au regard de ce que fait valoir La Libre de Belgique, les analystes convergent pour soutenir que ce média belge pro Katumbi a bien fait de vite publier cette information pour orienter le débat en faveur de son nouveau bailleur, de fonds, cela avant que d’autres médias ne développent cette information selon leurs analyses et de manière objective.

Ces analystes ne sont pas dupes de cette supercherie, d’autant plus que Francis Kalombo a tenté une autre explication en avançant qu’en fait, le passeport semi-biométrique qu’utilisait Katumbi a été désactivée du système. Une version qui ne colle pas puisque le problème que Katumbi a rencontré est une anomalie physique sur son passeport et non virtuelle dans le système informatique. Et ce serait plutôt ridicule de chercher à attribuer cette falsification à un proche de Kabila lorsque l’on sait que Katumbi et les siens connaissent bien les kabilistes pour ne pas se laisser approcher.

Dans le porte-monnaie de Katumbi, La Libre Belgique voit l’ombre de Kabila dans toutes les situations intenables dans lesquels se retrouve le Président de Mazembe depuis qu’il s’est fait opposant au régime de Kinshasa. Cependant, nul n’ignore que c’est toujours avec ce même passeport congolais que Moïse Katumbi, qui a cessé d’être italien il y a quelques mois, a toujours voyagé pour faire valoir sa nationalité congolaise,  là où tout le monde sait qu’il a été italien depuis plus d’une décennie. Il faudra également rappeler qu’il y a quelques  mois, la RDC a mis fin à la délivrance du passeport semi biométrique. Malheureusement, les autorités belges ont toujours reçu Katumbi avec un document aussi périmé que celui-là. Une manière, pour les autorités belges, de marcher sur les décisions prises de manière souveraine par un Etat souverain et indépendant. Et pour preuve, Katumbi s’est fait offrir un document de séjour temporaire en Belgique grâce aux coups de fil de la haute hiérarchie des institutions de ce pays.

Une insulte de plus de la part de la Belgique où l’on sait que depuis que Moïse Katumbi a renoncé à sa nationalité italienne, il n’a jusqu’ici entrepris aucune démarche auprès de la justice congolaise pour recouvrer la nationalité congolaise. D’où la question de savoir : lorsque la Belgique accorde la durée de deux semaines à l’ex-Gouverneur de l’ancien Katanga pour obtenir son nouveau passeport, à quelle réaction s’attend-elle de la part de Kinshasa ?

Saint Giscard Havril

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
25 − 20 =