INSÉCURITÉ A L’EST : « …DES GENS QUI PRENNENT LA CASQUETTE ADF »

Spread the love

 

Se faire passer pour un membre des ADF est devenu un masque pour semer l’insécurité incognito dans le Nord-Kivu où même ceux qui ne sont pas des ADF disent l’être quand bien même ils n’opéreraient que pour des motifs qui sont beaucoup plus économiques. Cette lugubre vérité, nous la tenons de François Grignon, le Représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations unies en RDC chargé de la protection et des opérations, pour qui « des gens …prennent la casquette ADF, mais pour des motifs qui sont beaucoup plus économiques ». Il a fait cette déclaration parlant de l’insécurité dans le Nord-Kivu de passage à Béni le lundi 29 juillet 2019.

C’est au terme de son entretien avec le maire de Beni que le cadre onusien a dévoilé la raison de sa présence dans les murs du territoire de cette ville où, en l’espace de six jours vingt-deux personnes ont été tuées : voir comment les Nations unies et les autorités congolaises peuvent travailler ensemble pour contrer la violence des rebelles des ADF et d’autres groupes armés contre les civils à Béni. Outre qu’il a dit être à Béni pour exprimer sa solidarité et ses condoléances aux familles touchées par les récentes tueries.

A l’appréciation des observateurs, François Grignon a  accédé à une vérité dont il faut bien tenir compte dans toutes les envolées en vue de la résorption durable de l’insécurirté dans cette partie de la RDC où pour des raisons singulières des natifs même du Nord-Kivu entretiennent l’insécurité. La couverture d’appartenance aux ADF donne, en effet, lieu d’opérer sans se faire identifier. Outre les raisons économiques, des natifs du Nord-Kivu cultivent l’insécurité pour des  agendas inavoués comme, notamment, le positionnement politique. Tragique que cette stratégique vaut la vie et le chamboulement  de l’existence de bien des Congolais de  cette partie rouge de la RDC. Cependant, par ailleurs, dans un élan d’orthodoxie, lé guêpier est-congolais n’est pas qu’explicable par des motifs économiques des natifs de cette partie du pays de Lumumba où sévissent également de manière notoires des milices étrangères pour des raisons économiques, se livrant à  des exactions itératives, au crime, aux violences pluri-facettes dont sexuelles et aux pillages de et minerais dont ont besoin les multinationales occidentales et autres.

Samy BOSONGO

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
10 − 10 =