ONU/RAPPEL DE GATA : NTUMBA NZEZA VIOLE LA CONSTITUTION

Spread the love

Les Congolais ont appris mardi soir que le représentant permanent de la RDC auprès de l’Onu à New-York depuis plus de 7 ans, Ignace Gata Mavita, a été remercié par la Vice-Première ministre en charge des Affaires étrangères, Ntumba Nzeza. Le message lui transmis par télégramme ne mentionne pas le motif de ce limogeage (si pas un rappel définitif) et n’indique pas non plus qui le remplace.

Un limogeage qui intervient à un moment particulièrement délicat dans les relations entre l’ONU et la RDC à travers la Monusco. Celle-ci est, en effet rejetée par la population congolaise qui exige son retrait en raison de son incapacité d’assurer la protection des civils à l’Est. Ce limogeage intervient également à la veil de l’examen des possibilités de reconduction du mandat de la Monusco ainsi que son format et ses nouvelles missions plus adaptées à la situation sur le terrain.

Cependant, une polémique prend corps depuis ce mercredi matin dans les débats entre congolais dans les réseaux sociaux autour de la régularité de la décision de la VPM Ntumba Nzeza. Celle-ci n’a, en effet, aucun pouvoir de sanction contre les ambassadeurs et les envoyés spéciaux. L’article 81 de la constitution attribue cette prérogative au Chef de l’Etat qui l’assume sur proposition du Gouvernement délibérée en Conseil des ministres.

Cet article est ainsi libellé : « Sans préjudice des autres dispositions de la Constitution, le Président de la République nomme, relève de leurs fonctions et, le cas échéant, révoque, sur proposition du Gouvernement délibérée en Conseil des ministres : 1. les ambassadeurs et les envoyés extraordinaires ; 2. les officiers généraux et supérieurs des forces armées et de la police nationale, le Conseil supérieur de la défense entendu ; 3. le chef d’état-major général, les chefs d’état-major et les commandants des grandes unités des forces armées, le Conseil supérieur de la défense entendu ; 4. les hauts fonctionnaires de l’administration publique ; 5. les responsables des services et établissements publics ; 6. les mandataires de l’Etat dans les entreprises et organismes publics, excepté les commissaires aux comptes.

Les ordonnances du Président de la République intervenues en la matière sont contresignées par le Premier Ministre ».

Pour sa première sortie après sa présentation au personnel de son ministère, Marie Ntumba Nzeza, qui a jusque-là évolué à l’ombre du Président Félix Tshisekedi, soulève des vagues…

JEK

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
20 × 10 =