NATIONALITÉ DE KATUMBI : LE SILENCE PARLANT DE KAMITATU

Spread the love

La question de la nationalité des acteurs politiques est revenue dans le débat politique en RDC à l’initiative d’Olivier Katumbi qui avait fait état de la nationalité de Samy Badibanga lorsqu’il venait d’être nommé Premier ministre pour le compte de l’opposition. En son temps, Kamitatu pensait avoir frappé dur pour ébranler l’édifice de l’accord politique signé à la cité de l’Union africaine aux fins d’un second round des négociations. Aujourd’hui, cependant, c’est son propre patron qui est pris dans la même tourmente de la nationalité et c’est en ce moment que son propre porte-parole qui se tait dans toutes les langues. Un silence très assourdissant…

A son tour, l’agence de presse britannique Reuters vient de confirmer l’information lancée mi-mars par congovirtuel.org puis corroborée ensuite par jeune Afrique : Moïse Katumbi Chapwe avait bel et bien détenu la nationalité italienne de 2000 à 2017. « La ville de San Vito dei Normanni, dans le sud de l’Italie, a confirmé dans un courriel à Reuters que Katumbi détenait la citoyenneté italienne depuis plus de 16 ans », peut-on lire dans la dépêche qui ajoute que « Le statut de citoyen en Italie est généralement enregistré par les mairies locales ». Raison, certainement, pour laquelle cette nationalité est restée secrète pendant plus de seize années avant d’être dévoilée aujourd’hui.

Jusqu’à ce jour, personne, autour de Katumbi, n’a encore démenti ce fait central, toutes les interventions enregistrées jusque-là tendant à politiser la question en parlant d’acharnement sur Katumbi. Lui-même, dans une déclaration écrite et audiovisuelle (laborieuse, celle-ci) publiée le 1er avril en fait état et jure de ne garder aucun secret sur le sujet. Mais dans la suite, Katumbi élude le sujet et ne répond ni ne dément le fait central sur son acquisition et sa renonciation de la nationalité italienne ainsi que son recouvrement de celle congolaise.

en effet, « Dans une vidéo diffusée lundi, Katumbi a déclaré que personne ne pouvait contester sa nationalité congolaise, mais n’a pas nié avoir détenu la nationalité italienne », peut-on encore lire dans la dépêche de Reuters. A la place, il botte en touche et évoque plutôt ses origines et sa lignée royale qui n’ont aucun rapport avec la question de nationalité.

Chose curieuse, depuis l’éclatement de cette affaire Olivier Kamitatu, porte-parole de Moïse Katumbi, ne s’est jamais exprimé officiellement, à part quelques tweets dans la même veine que les autres sorties des Kyungu, Sesanga, Francis Kalombo ou celle, plus péremptoire, de Christophe Lutundula. Reuters témoigne que « le porte-parole de Katumbi n’a pas répondu aux multiples demandes de commentaires sur la nationalité de son patron ».

Pourtant, cette question de nationalité est revenue dans le débat politique en RDC à l’initiative du même Olivier Katumbi qui avait fait état de la nationalité de Samy Badibanga lorsqu’il venait d’être nommé Premier ministre pour le compte de l’opposition. En son temps, Kamitatu pensait avoir frappé dur pour ébranler l’édifice de l’accord politique signé à la cité de l’Union africaine aux fins d’un second round des négociations.

Aujourd’hui, cependant, c’est son propre patron qui est pris dans la même tourmente de la nationalité et c’est en ce moment que son propre porte-parole qui se tait dans toutes les langues.

PDM

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
2 × 27 =