L’UDPS SOUSTRAIT NGALIEMA DE LA LUTTE CONTRE LE COVID-19

Spread the love

Parmi les mesures additives prises par le chef de l’Etat pour renforcer la lutte contre le coronavirus figure l’implication des communes de la ville de Kinshasa et leurs bourgmestres. Chaque municipalités est, en effet, instruite pour installer des points de lavage des mains, assurer l’observance stricte de toutes les autres mesures et monitorer la fourniture en eau potable et en électricité.

La commune de #Ngaliema risque, cependant, de ne pas être couvertes par ces attentions et, ainsi, d’être livrée à toutes les incertitudes du fait de l’incapacité de son administration à fonctionner normalement. Depuis plus de deux mois, en effet, la maison communale de cette municipalité est investie par des militants de l’@Udps qui empêche son bon fonctionnement. Ces « combattants » du parti présidentiel exigent la réhabilitation du bourgmestre, également membre du même parti, qui avait été suspendu dans le lot de 8 autres bourgmestres.

Depuis plus de deux mois donc, 62,64 Km2 du territoire congolais sont soustraits à l’administration de l’Etat, et 682.135 citoyens congolais et autres expatriés de cette commune sont livrés à eux-mêmes puisque privés de toute forme d’administration de cette entité. Tout ceci à cause d’une clique d’illuminés qui se croient au-dessus des lois et, pire encore, de l’Etat.

Ce qui est le plus étonnant c’est que tout ceci se passe à un jet de salive du Président de la République qui a sa résidence et son bureau à proximité de la maison communale. Tout ce passe comme si l’Etat congolais, au niveau tant national que provincial, n’existe pas. Et plus étonnant encore, ces occupants d’une autre époque semblent bénéficier d’un soutien d’on ne sait où, comme le démontre l’échec de toutes les démarches menées même par des officiels comme le président de l’Assemblée nationale. On ne peut, en effet, pas en dire autrement lorsqu’on sait déjà que tous les services étatiques, dont l’ANR, la DGM, la Police nationale et autres, ont des locaux dans les installations de cette maison communale mais aucun de ces services ne prend ses responsabilités pour se rendre compte de la gravité d’une telle situation et prendre ses responsabilités pour y mettre fin. Une situation sans précédent dans l’histoire du Congo indépendant.

Tout ce qui différencie les occupants de la maison communale de Ngaliema aux forces négatives qui sévissent à l’Est est que ceux-ci usent des armes et administrent les territoires qu’ils occupent. Par contre, l’UDPS et ses militants occasionnent la non-administration d’une partie du territoire national avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer. Par exemple, les agents économiques se trouvent dans l’incapacité de lever la patente, tandis que certains actes et documents administratifs payants ne sont plus posés ou délivrés.

Conséquence, la commune de Ngaliema n’a plus réalisé des recettes durant ces deux derniers mois, et on peut bien imaginer la difficulté qu’elle éprouverait pour acheter, par exemple, les équipements nécessaires à l’installation des points de lavage des mains ou pour assurer la mobilité de la police et d’autres agents pour assurer la surveillance pendant cette période d’Etat d’urgence.

Tout ceci parce qu’avec la bénédiction d’on ne sait qui, des illuminés se croient au-dessous des lois et de l’Etat. Réalité d’autant plus gravissime qu’il s’agit des militants du parti d’origine du chef de l’Etat, garant de la nation…

Jonas Eugène Kota

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
3 ⁄ 3 =