KABILA ET TSHISEKEDI CONSOLIDENT LA COALITION FCC-CACH

Spread the love

Il était temps que, dimanche 3 et lundi 4 novembre 2019, Félix Tshisekedi et Joseph Kabila se rencontrent à N’sele et se parlent pour sauver et consolider la coalition FCC-CACH dont ils sont les leaders. Les ennemis de la RDC se sont, après le fiasco électoral de Fayulu, frotté les mains quand le fauteuil présidentiel de la RDC est revenu à un opposant, Félix Tshisekedi en l’occurrence, même s’il n’est pas celui sur qui ils avaient d’abord misé. Mais la joie de ces prédateurs a été de courte durée, après l’appel de Joseph Kabila à former une coalition nationale lors de son dernier discours à la nation du 23 janvier 2019 en tant que chef de l’Etat congolais. Un appel qui a produit un écho favorable chez les compatriotes du Cap pour le changement (CACH), ce qui a abouti à la constitution de la coalition FCC-CACH.

Celle-ci a permis au pays d’éviter le syndrome de la mauvaise cohabitation qui aurait malmené le pays étant donné que, quoique chef de l’Etat dans un régime semi-présidentiel comme celui de la RDC, Félix Tshisekedi aurait été peiné pour l’accomplissement de sa vision ou de son programme, n’ayant pas de majorité parlementaire si le Front commun pour le Congo (FCC) s’était assigné de lui tailler de la besogne.

Ceux qui, à l’international, tirent sur les ficelles, ont essayé d’influencer les uns et les autres pour que la coalition FCC-CACH soit un mort-né. Ils redoutaient que les nationalistes actifs dans le  giron du FCC, qui avaient réussi à faire échouer le plan impérialiste en RDC avant les scrutins du 30 décembre 2018, ne transmettent leur immunité aux cadres du CACH. Et tous les moyens ont été bons pour parvenir à l’objectif. L’on rappelle le conseil d’Emmanuel Macron à Félix Tshisekedi à Naïrobi en marge du 3ème sommet One Planet du 13 mars 2019 qui enjoignait Fatshi « de prendre son indépendance vis-à-vis de l’ancien président Joseph Kabila, au moment où on attend toujours la nomination d’un premier gouvernement ». Comment ce conseil pouvait-il se pratiquer dans un contexte comme celui de  la RDC où le régime est semi-présidentiel et dont la Constitution détermine les compétences des uns et des autres, octroyant le droit de fournir le Premier ministre à la famille politique qui détient la majorité dans l’Assemblée nationale ? C’était un des signes de malaise dans le chef des impérialistes occidentaux qui voulaient s’approprier Félix Tshisekedi afin d’en faire leur marionnette de lignée pure, même s’ils l’ont rejeté pour la présidentielle du 30 décembre 2018.

Point n’est besoin de rappeler ces opérations de charme et de séduction ponctuées de promesses d’appui à l’action de Félix Tshisekedi que les puissances capitalistes, notamment les USA, ont réalisé, prenant l’alibi des moindres bonnes actions que Félix Tshisekedi entreprenait après sa prise effective du pouvoir. Comme la libération des prisonniers dits politiques, le retour des exilés dits politiques, etc.

C’était sans compter avec la connaissance des mentalités congolaises qui ont  été exploitées pour combattre depuis les racines la coalition FCC-CACH. Les extrémistes de cette coalition ont été mis à contribution pour des actions létales contre la coalition, en exploitant n’importe quel fait ou n’importe quel incident. Des déclarations mal digérées qui déclenchent des prises de bec, l’exploitation de n’importe  quel incident pour en appeler à la cessation sans autre forme de procès de la coalition FCC-CACH, etc.

Puisque toutes les questions qui ont eu à faire prendre la mouche au point de déclencher la levée des boucliers entre les deux composantes de cette coalition seront abordées et vidées au Safari Beach, nous espérons que la coalition qui sauve le Congo sera sauvegardée. La RDC en est là à sa première coalition. Ce qui fait qu’on avait besoin d’expérience pour savoir à quoi s’en tenir et avoir une franche allure. Ni FCC, ni CACH ne gagnerait à voir la coalition dirigeante dépérir. Les uns et les autres doivent éviter de cautionner le vœu des ennemis du pays qui veulent diviser les Congolais pour mieux dominer la RDC et exploiter ses richesses aux frais des Congolais. Ils doivent savoir que cette coalition empêche à ces ennemis de réussir pleinement leurs objectifs en RDC au point d’abandonner toutes les initiatives de diabolisation réciproque pour la stabilité, la paix, la concorde nationale et l’harmonie entre les Congolais pour un travail en vue de placer la RDC  sur l’orbite de l’émergence au meilleur délai. La sagesse, le tact, l’élégance et la responsabilité doivent être de mise sur toute la ligne pour s’interdire des propos, des attitudes ou des actions qui ne font les affaires ni de la  coalition, ni du pays. Puissent l’expérience rendre sages les membres de la coalition FCC-CACH et la passion du Congo les guider dans toutes leurs décisions !

Samy BOSONGO

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
15 + 10 =