RENCONTRE KABILA-MONSENGWO : SOUHAIT DE PAIX POUR LA RDC

Spread the love

Une nouvelle circule dans les réseaux sociaux, faisant état d’une rencontre entre le Président de la République, Joseph Kabila Kabange, et le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya. La nouvelle ne donne, cependant, pas d’indication sur le lieu de cette rencontre ni ce que les deux personnalités se seraient dits. Après vérification, il s’avère qu’il ne s’agirait, à ce stade, que d’une suggestion de certains milieux.

Une démarche exprimant le besoin d’une désescalade entre l’Etat et l’église catholique en général et, en particulier, celle de Kinshasa. Tout est parti de la marche convoquée le 31 décembre 2017 par le Comité des laïcs catholiques (CLC), mais que l’autorité provinciale n’a pas agréée, faute d’itinéraire de la manifestation. Suite au bilan de la dispersion des manifestants, les propos sont montés entre la direction de l’église catholique et l’Etat, celui-ci étant soutenu surtout par les forces politiques de la majorité présidentielle. Et la situation n’a fait que s’envenimer après la deuxième marche qui est suivie jusqu’à ce jour par des messes et des homélies plutôt dithyrambiques.

Cette situation a provoqué la désolation des esprits bien-pensants qui estiment que les deux parties devraient mettre chacun de l’eau dans son vin pour rétablir la collaboration au bénéfice des populations. Et cet exercice ne se ferait de la plus belle manière qu’à travers ces deux personnalités, Kabila étant le garant de la Nation et Monsengwo ayant une influence indéniable sur l’église catholique, même s’il n’est pas Président de la Cenco, son organe faîtier.

L’on a, d’ailleurs, déjà compris que les deux personnalités ont une passion commune, à savoir la RDC. il reste simplement que chacun se remette à sa place et rejoigne son rôle pour faire avancer le pays vers sa destinée qu’est le développement qui engendre le bien-être des populations. Le RDC est une grande Nation qui mérite bien mieux que des antagonismes contreproductifs. Et ce pays fait face à tellement de menaces que ses fils et filles ne devraient pas se distraire avec des querelles qui n’avancent personne.

Dans la majorité comme au sein du clergé catholique de Kinshasa, ce souhait d’une rencontre entre le Chef de l’Etat et l’archevêque de Kinshasa devrait être considéré comme une interpellation, plus qu’un souhait. Une invite au dialogue apaisé pour sublimer l’intérêt général. La situation du pays et l’enjeu des élections devraient être considérée comme une préoccupation commune nécessitant de marcher ensemble pour faire triompher la cause nationale. Et cette situation devrait être considérée comme une préoccupation permanente puisqu’elle ne reflète pas la grandeur de la RDC. Elle est justement le fait de ceux que l’émergence de la RDC gène énormément, et qui travaillent à la maintenir dans cette situation avec, malheureusement, le concours de certains fils du pays.

La RDC est promise à un avenir radieux comme locomotive du développement du continent. Ceci est un autre défis qui devrait pousser les Congolais à se serrer les coudes pour le relever ensemble. Personne n’a donc besoin des querelles inutiles. A chacun son métier et les vaches seront bien gardées, dit-on.

Yvon RAMAZANI

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
18 ⁄ 6 =