PASSEPORT DE KATUMBI : LES RÉVÉLATIONS DE KALOMBO

Spread the love

Alors que le passeport de Katumbi saisi à Zaventem est actuellement gardé par la justice belge, sur Top Congo Fm, Francis Kalombo déclare qu’il s’était présenté à la frontière zambienne avec un passeport semi-biométrique congolais. Une révélation qui contredit son patron qui avait affirmé que le passeport saisi à Bruxelles n’était pas falsifié mais désactivé. Katumbi disposerait-il donc de plusieurs passeports déjà caducs ?

Avec quel passeport Moïse Katumbi voyage-t-il ? C’est en ces termes que nous nous interrogions dans notre article publié hier (http://congovirtuel.org/wp-admin/post.php?post=1033&action=edit). Cette interrogation se basait sur le fait que depuis le 13 juin dernier, Katumbi ne dispose plus d’un passeport après que celui qu’il utilisait lui a été confisqué à l’aéroport de Zaventem pour cause de falsification.

Alors que jusqu’à ce jour, ce document est gardé à l’office du Procureur du Roi à Bruxelles, Moïse Katumbi a quand même pu sortir de la Belgique pour se rendre notamment en Russie où il a suivi la coupe du monde, en Afrique du Sud et en Zambie où il séjournerait actuellement.

 

Quand Francis Kalombo trahit Moïse Katumbi

Ce mardi 7 août sur Top Congo, Francis Kalombo, l’un des avoués de Katumbi, a involontairement levé un coin de voile sur ce mystère lorsqu’il a affirmé qu’à la frontière zambienne, au moment où il voulait entrer en RDC, Moïse Katumbi avait présenté un passeport semi-biométrique congolais. Et les services zambiens d’immigration auraient communiqué cette information aux autorités congolaises.

Cette révélation est d’une rare gravité en ce qu’elle relève plusieurs faits. D’abord qu’en réalité, Moïse Katumbi détiendrait plus d’un passeport, surtout qu’en l’affirmant sur Top Congo Fm, Francis Kalombo utilisait le pluriel. L’on peut alors se demander comment une seule personne peut disposer de plusieurs passeports sans que cela ne soit possible qu’avec le changement des identités.

Ensuite que cette révélation vient démentir les propos de Katumbi qui affirmait que le passeport saisi à Zaventem n’était pas falsifié mais qu’il avait été désactivé par le régime de Kinshasa. L’on peut, en effet, se demander comment il continuait à voyager avec un passeport désactivé et qui a ainsi fait disparaître ses données dans les systèmes d’immigration à travers le monde.

 

Autre contre-vérité de Francis Kalombo

Pour le reste, Francis Kalombo a tenté de justifier la détention, par Katumbi, d’un passeport semi-biométrique par le fait qu’une mesure prévoyait que ces passeports soient changés lorsque le détenteur sera retourné au pays pour le laisser à la frontière moyennant une photocopie afin de lui permettre de se procurer le nouveau passeport biométrique. Mais il s’agit ici d’une manœuvre dilatoire qui contredit la démarche menée par Katumbi à l’ambassade de la RDC à Bruxelles pour se procurer ce nouveau passeport qui ne se distribue pas que sur le territoire congolais. Moïse Katumbi avait donc conscience de la caducité du passeport semi-biométrique à la date du 14 janvier 2018 et voulait se mettre en ordre en se rendant à la chancellerie. Mais après avoir retiré le formulaire à remplir en date du 2 février 2018, il n’est plus jamais retourné pour le rendre.

Pour rappel, la caducité du passeport semi-biométrique avait été signifiée en ces termes dans un communiqué du Vice-ministre des affaires étrangères : « Les anciens types de passeport (semi-biométriques,) mis en circulation pendant la période comprise entre le 9 avril 2009 et le 15 décembre 2015 n’auront plus cours légal à partir du 15 janvier 2018 ». L’on se souvient également que  fin 2017, c’est toujours le même adjoint de She Okitundu qui avait signé le communiqué sur la caducité des passeports semi-biométriques dès le 19 novembre 2017.

Suite aux protestations enregistrées, le patron de la diplomatie congolaise avait annoncé l’assouplissement de cette mesure en accordant un délai de validité supplémentaire au passeport semi-biométrique comme l’indiquait le deuxième communiqué de Agée Matembo. Okitundu l’avait annoncé au cours d’une plénière à l’Assemblée nationale.

Les balbutiements de Kalombo révèlent donc trop de zones d’ombre qui a au moins de mérite de clarifier quelque chose : l’on nage ici dans les eaux des trafics des passeports. En voulant ainsi défendre son mentor financier, Francis Kalombo vient enfoncer Katumbi dans la fange de ses propres mensonges et contre-vérités.

PDM

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
11 + 21 =