L’ACAJ contre Félix Kabange : la preuve de son instrumentalisation pour les causes américaines

Spread the love

L’ACAJ et son cordonnateur Georges Kapiamba ont menacé le Député national FCC Félix Kabange Numbi d’ester en justice contre lui s’il ne présentait pas  ses excuses publiques ou s’il refuserait de rétirer ses propos. Les propos en question sont ceux que la cible d’ACAJ avait tenus, le mardi 8 septembre 2020. Il avait, en effet déclaré, en réaction au comportement des memnbres de l’UDPS : « Chacun a un chez soi. Ici dans l’espace Katanga, c’est chez Joseph Kabila Kabange. Nous ne tolérerons plus que quelqu’un vienne, allez faire vos histoires où vous voulez. Mais quand vous venez ici, respectez les gens que vous trouvez. Et lorsque nous vous trouvons en train  de faire tout un meeting pour injurier le pauvre Joseph Kabila Kabange qui, à 47 ans, a accepté d’abandonner le pouvoir et l’alternance a bénéficié à l’UDPS, est un manque de respect. Ça, nous ne tolérerons plus et plus jamais. C’est un message que nous donnons et nous disons que nous avons averti.»   

Dans sa réaction à la menace d’ACAJ recceuillie par 7sur7.cd, le député s’interrogera puis dira : « Des propos mensongers, des montages détournant mon échange avec la presse font tenir à ACAJ et à Kapiamba Georges des accusations éhontées. Ne pouvaient-ils pas vérifier l’authenticité de ce qu’ils dénoncent à mon sujet ? Je refuse d’aller dans le sens de ceux qui choisissent de mener un combat à deux vitesses. ACAJ et Georges Kapiamba doivent s’inscrire dans les principes de l’Etat de droit et dénoncer systématiquement les anti-valeurs, cela peu importe l’origine. Je n’ai pas d’autres déclarations à faire à ce montage mensonger » 

Avec l’effectivité  de l’alternance depuis le 24 janvier 2019, on avait cru la guerre contre Joseph Kabila finie. Illusion car les rapaces qui s’activent à sucer tout le jus congolais et à émietter la RDC se sont donné  de nouvelles raisons de s’attaquer au 4ème Président de la RDC pour que son influence cesse dans l’aire politique congolaise. Ce, suite au testament nationaliste qu’il a légué à son pays dans son dernier discours en tant que chef de l’Etat dans lequel il avait exhorté à : « Une coalition contre les forces prédatrices qui se sont liguées et qui tenteront toujours de se liguer pour s’accaparer de nos ressources naturelles sans contrepartie pour nos enfants. Coalition pour défendre, y compris au prix du sacrifice suprême, l’indépendance, la souveraineté et l’intégrité territoriale de notre pays. Coalition pour une prospérité partagée et une cohésion nationale chaque jour renforcée. Coalition pour parfaire les chantiers en cours et en ouvrir d’autres plus ambitieux dans le domaine des infrastructures, du développement agricole, de la transformation locale de nos ressources naturelles, du renforcement de notre leadership sur le continent et sur le marché mondial des minerais stratégiques. Bref une coalition pour un Congo fort et prospère…».

Ce testament a résonné  comme une  déclaration de guerre face à l’envolée impériaéliste des USA et alliés au point qu’ils ont décidé de lui faire la guerre comme quand il était au pouvoir, recourant à toutes leurs structures fantôches et opportunistes (ONGDH, mouvements citoyens, l’église, etc.) ainsi que l’opposition et les intellectruels congolais. Et c’est devenu un  secret de polichinelle que l’actuel régime subit les diktats américains à travers l’alibi du partenariat stratégique USA-RDC qui est depuis avril 2019 chanté aux Américains et Congolais. Un  de ces dikats est l’élimination politique de Joseph Kabila et des siens…Cette élimination politique passe par la diabolisation continue, méthodique et systématique de Joseph Kabila et de sa plateforme politique FCC à qui l’on impute tactiquement la cause de tout ce qui ne va pas en RDC.

Par ailleurs, face à la perspective d’un  retour politique de Joseph Kabila, tous les moyens sont bons, durant la précampagne déjà amorcée, pour le clouer au pilori. En sorte que tous ceux qui essayent de défendre Joseph Kabila subissent aussi la fougue d’assauts des cadres des structures fantoches et opportunistes. D’où l’effort d’intimidation et de musellement du Député Félix Kabange Numbi qui, en dernière analyse, n’a pas incité à la xénophobie face à l’UDPS. Avertir n’est pas inciter à la xénophobie. Et l’on connaît le caractère vindicatif de l’UDPS quand on ose écorner ou écorcher l’image de marque de son leader et chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

Si Joseph Kabila n’était pas méthodiquement et copieusement injurié par ces militants de l’UDPS de façon notoire, Félix Kabange Numbi n’aurait pas eu besoin de les avretir ainsi qu’il l’a fait. En cette matière, la meilleure justice est celle qui reprend d’abord les auteurs de ces injures avant de s’adresser à celui qui a averti en simple réactions auxdites injures. 

En somme, en évoluant dans le sens de ce que font actuellement les USA contre Joseph Kabila et le FCC, ACAJ a démontré son allégeance à ceux qui la financent, ne laissant passer aucune initiative qui peut entraver l’œuvre de ceux qui maculent l’image de Joseph Kabila.

MAPAMITIBA

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
27 + 12 =