KONGO CENTRAL : ‘’MATADI’’ GROUILLE DE « ANTOINE GHONDA »

Spread the love

Le scandale sexuel qui s’est produit au Kongo Central, et qui a mis en scène les plus hautes autorités de la province ne restera pas sans suite. Le Ministre en charge de l’Intérieur a convoqué le Gouverneur et adjoint à Kinshasa, officiellement pour consultation, tandis que les autres personnages de ce lugubre spectacle sont sous contrôle de la police, mais ce n’est pas tout. Le Procureur général de la République près la Cour de cassation a requis auprès de l’Assemblée provinciale du Kongo central l’autorisation de poursuivre en justice le Gouverneur Atou Matubwana qu’il a reconnu comme auteur de ce scandale selon ses éléments d’enquête.

La page de ce duo éphémère à la tête de la province est donc définitivement tournée, mais les ne Kongo ont, eux, tourné leurs regards vers les nouveaux horizons pour scruter les oiseaux rares qui viendraient combler rapidement le vide afin de ne pas faire rater à la province le nouveau départ sous l’historique alternance démocratique au sommet de l’Etat. Depuis lors, des noms circulent au nombre desquels celui d’Antoine Ghonda Mangalibi.

54 ans, discret mais efficace dans ses initiatives, cet ancien Ministre des Affaires étrangères sous 1+4 et ancien Ambassadeur itinérant du Président Kabila, aujourd’hui Député national, semble intéresser les ne Kongo qui lui réservent déjà la meilleure place de leur intérêt sur leurs tablettes. De Kasangulu à Banana en passant par Matadi la capitale provinciale, tous les grands points de rencontre grouillent de « Antoine Ghonda ». Un « homme moderne », estime un notable de la province qui reconnait par ailleurs, en Ghonda, un visionnaire en matière de développement et de modernisation des contrées. Un autre se souvient de lui comme ce « missi dominici », cet homme de confiance de l’ancien Chef de l’Etat congolais qui devait cette considération à son impressionnant carnet d’adresse dont il pourrait faire bénéficier utilement sa province.

Natif du territoire de Madimba, et ayant son ancrage surtout à Kisantu et ses environs, Antoine Ghonda a déjà donné des indications de ce qu’il peut faire de sa province s’il venait à en prendre les commandes pour la propulser vers les cimes de la modernité et de la prospérité de ses populations. « Laboureur infatigable, il ne laisserait passer aucune place où la main ne passe et repasse », commente un autre témoin de ses œuvres à Kisantu et ses environs. Celui-ci reconnaît également en lui son altruisme soutenu par son souci de « croître ensemble » avec les siens vers une « prospérité partagée ».

Depuis que court la rumeur sur son éventuelle désignation à la candidature comme nouveau Gouverneur du Kongo central, ses proches se montrent particulièrement enthousiastes et assurent que l’homme s’est déjà fait une idée de ce que pourrait être son apport. Ce serait, avant tout, un honneur pour lui de répondre à l’appel de ses compatriotes ne Kongo qui élèvent leur clameur (Vox populi) pour le réclamer. Sa personne constituerait indéniablement la restauration d’un leadership rassembleur qui commençait à se raréfier dans cette province qui, ces derniers temps il faut le reconnaître, a été traversée par un certain nombre de conflits.

Proche du Sénateur Joseph Kabila, autorité morale du FCC, et maitrisant la vision du Président Félix Tshisekedi – qu’il a eu à connaître et à côtoyer dans de nombreuses négociations dont les dernières sur le formation du Gouvernement central, Antoine Ghonda a donc l’avantage de pouvoir être accepté dans les deux camps de la coalition aujourd’hui au pouvoir et de servir également de trait d’union entre les deux pôles d’intelligence FCC et CACH. D’ailleurs, il ne cesse de rappeler, selon son entourage, qu’un Gouverneur est le représentant du Chef de l’Etat en province.

De ce fait, il ambitionne de centrer son action sur la vision de ce dernier et suivant les orientations du Premier ministre conformément au programme du Gouvernement. Une action qui irait de la première priorité qu’est la remise à niveau des infrastructures de base (routes, chemin de fer, ports et aéroports) au social ( enseignement et santé) en passant par l’agriculture, l’électrification des milieux ruraux, la desserte en eau potable, la promotion de la femme et de la jeunesse, et la lutte contre la délinquance juvénile, etc. Mais en transversal de cette action se situerait la moralisation de la province et de la vie publique pour la remettre en phase avec les valeurs puritaines ne Kongo.

Dans tous les cas, le Kongo central en général, et tout Lukaya en particulier (qui tiendrait là l’un de ses rares Gouv’ dans l’histoire de la province), attend de voir comment réagiraient les décideurs des tickets politiques face à l’attente qu’il formule quasi unanimement sur Antoine Ghonda.

Jonas Eugène Kota

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
14 × 27 =