KATUMBI CHEZ KABILA A NEW-YORK, UN COUP DE L’UDPS

Spread the love

Dans le pur style de la diabolisation par accointance avec la majorité, qui est une marque de fabrique de l’Udps-Limete, la vidéo présentant Katumbi comme sortant d’une rencontre avec Kabila à New-York est, en fait le montage d’une scène de janvier 2018 à Bruxelles où Katumbi était houspillé à la sortie d’une messe en mémoire des victimes des manifs du 31 décembre 2017 à Kinshasa. Un coup monté pour contrer les ardeurs de l’ancien Gouv’ de l’ex-Katanga accusé de vouloir prendre le contrôle de la désignation du candidat commun de l’opposition à coup de ses milliards et avec le concours de ses lobbies occidentaux.

Depuis la semaine dernière, une vidéo circule de manière virale dans les réseaux sociaux au sujet de la vie politique congolaise. La vidéo présente une scène ayant comme personnage central Moïse Katumbi. La scène est présentée comme s’étant déroulée à New-York sur un site présenté comme étant la devanture de l’hôtel où le Président Joseph Kabila aurait logé lors de son séjour à l’occasion de la 73ème session de, l’Assemblée générale des Nations-Unies.

Tel que présentée dans un sous-titrage, la vidéo montrerait Moïse Katumbi sortant de l’hôtel où il viendrait de rencontrer le Président Kabila. La foule dans la vidéo traite ainsi Katumbi de collabos, traite à la cause des Congolais qui continue à travailler avec Kabila tout en se présentant comme opposant. Le vouant ainsi aux gémonies, la foule tente de le lyncher. Encadré par ses accompagnateurs habituels ( Francis Kalombo, Salomon Idi Della, etc.) et de sa garde rapprochée, Katumbi parvient à se frayer un passage jusqu’à s’engouffrer dans sa voiture qui part en trombe après avoir été caillassée.

Le buzz qu’elle a provoquée s’étant quelque peu tassé, la vidéo sous examen a suscité des interrogations quant à son authenticité et à la véracité de l’information qu’elle était censé véhiculer, à savoir la rencontre entre Katumbi et le Président à Kabila à New-York. L’animateur télé Marius Muhunga, qui vit aux USA, s’y est intéressé et, à travers une démonstration qu’il a diffusée sur Youtube, l’on s’est vite rendu compte de la supercherie.

En effet, après examen de la vidéo, il s’avère que la scène qu’elle véhicule est une séquence de la situation qui avait prévalu le 14 janvier 2018 à Bruxelles au sortir de la paroisse Notre Dame de Lourdes à Bruxelles. La communauté congolaise de Bruxelles venait, en effet, d’assister à une messe en mémoire des victimes des manifestations du 31 décembre 2017 à Kinshasa. Cette messe s’était terminée quelque peu en queue de poisson suite à une dissension née de l’entrée fracassante de Moïse Katumbi sous les ovations d’un groupe de Congolais entonnant des chansons à sa gloire. Une entré »e qui sera aussi soulignée par un modérateur ayant présenté Katumbi comme le « leader de l’opposition congolaise ».

En clair, la vidéo dite de New-York n’est qu’un montage d’une scène vieille de dix mois qui s’était déroulée à Bruxelles. Mais qui en est l’auteur et d’où vient donc la connexion avec le séjour de Katumbi et Kabila à New-York ? La réponse à cette double question est à chercher au sein même de l’opposition qui, actuellement, traverse des contradictions malgré le discours de l’unité et la quête affirmée d’un candidat commun pour la prochaine présidentielle.

C’est, en effet, depuis le dernier séjour bruxellois de six leaders de l’opposition que les clivages avaient apparu particulièrement entre Moïse Katumbi et Félix Tshisekedi par rapport à l’option du boycott ou pas des prochaines élections par l’opposition. Bien avant cette rencontre, les réseaux sociaux grouillaient d’une dispute qui aurait mis aux prises Katumbi et Fatshi sur le même sujet. Le premier accusait le second de rouler pour la majorité en refusant l’éventualité du retrait de sa candidature. Par ce refus, Félix Tshisekedi était accusé par Katumbi de vouloir faire échouer le plan de l’opposition en cherchant à faire légitimer les prochaines élections.

Depuis lors, il se vit un antagonisme et une lutte d’influence dans laquelle Katumbi est présenté comme étant au centre de certaines manœuvres visant à s’adjuger le contrôle de la désignation du candidat commun qui serait à sa solde. De là à comprendre la diabolisation qui lui est infligée et son origine, il n’y a pas plus de deux pas à franchir. En effet, il n’est un secret pour personne que la diabolisation des opposants par insinuation d’une accointance avec la majorité est une marque de fabrique de l’Udps-Limete.

Vital Kamerhe en fait les frais depuis qu’il a décidé d’enfiler la toge d’opposant…

PDM

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
5 − 3 =