LE FCC DONNE DEJA DES VERTIGES DANS L’OPPOSITION

Spread the love

Les communicateurs de l’opposition, dont Désiré Mbonzi wa Mbonzi, tentent de discréditer la jeune méga plateforme par une confusion sur les avoirs de l’Etat qui y seraient engloutis et les fonctions publiques qu’auraient violées certains de ses cadres du Secrétariat général du Gouvernement en exerçant des activités politiques. Grave ignorance, car le Secrétariat général du Gouvernement est une structure technique et politique qui ne relève pas de la fonction publique comme c’est le cas avec les secrétariats généraux à la Primature et à la Présidence de la République.

A peine porté sur les fonts baptismaux par la signature de sa charte constitutive, le Front Commun pour le Congo (FCC) provoque de l’agitation dans les rangs de l’opposition. Il ne se passe pas plus de deux heures sans qu’un acteur politique de l’opposition ne se produise dans les médias ou les réseaux sociaux pour tirer à boulet rouge sur cette méga plate-forme dont les sociétaires n’ont commis pour pêché que d’exercer leur liberté d’association afin d’exprimer leurs ambitions politiques.

Le dernier cas en date n’est autre que le débat provoqué sur une émission de CCTV où se produit régulièrement le nommé Désiré Mbonzi Wa Mbonzi, communicateur patenté du MLC. Comme bien d’autres extrémistes de l’opposition avant lui, ce dernier a tenté de surfer sur la plage de cette accusation de détournement des avoirs de l’Etat par une association à caractère privée. Il est allé jusqu’à accuser des membres du Gouvernement de violer les dispositions constitutionnelles et réglementaires qui leur interdit d’exercer des activités politiques en évoluant au sein des formations politiques.

Désiré Mbonzi Wa Mbonzi c’est, cependant, retrouvé dans une confusion sur la matière du travail en laissant croire que le Secrétaire Général du Gouvernement figure parmi ces fonctionnaires qui ont violé leur statut d’apolitiques. Ce qu’il ignore, cependant, c’est que le secrétariat général du Gouvernement n’est pas une structure administrative relevant de la fonction publique.

Mbonzi croit certainement que le secrétariat Général du gouvernement est comme celui de la primature ou de la Présidence de la République. Ces deux derniers relèvent effectivement de la fonction publique et sont gérés par des Secrétaires généraux qui ont gravi tous les échelons de l’administration publique. Les secrétariats généraux à la Présidence et à la Primature comptent également des structures comportant la chaîne des grades allant des directeurs aux huissiers en passant par les chefs de division et autres chefs de bureau.

Le Secrétariat général du Gouvernement est, quant à lui, une structure politique et technique venant à l’appui au fonctionnement harmonieux de l’Exécutif national qui n’est pas une administration. C’est à ce titre qu’il est dirigé par un Secrétaire général notoirement connu comme opérateur politique. Membre du PPRD, Xavier Bonané ya Nganzi a, en effet, déjà été Vice-Ministre au développement rural et Député national sous M’zee Kabila. Il a toujours été candidat à la députation nationale et cela n’a jamais posé de problème, et aujourd’hui il est membre du comité stratégique du FCC.

Il est secondé par trois secrétaires généraux adjoints, ce qui n’est pas le cas dans l’administration publique. Le premier, Hugo Mwanza, est du Palu et professeur d’université de son état. Le second, Alphonse Padjabale, est de l’Udemo et avocat de profession, tandis que le dernier, Jean Ekumbaki du PPRD, est un vieux routier de la politique.

Désiré Mbonzi Wa Mbonzi aurait été mieux inspiré en commençant par s’informer au lieu de se laisser aller à ce genre de militantisme qui semble emporter les gens dans une transe de dernière survie, autant que toutes ces productions médiatiques dites engagées qui sèment le trouble plus qu’elles ne servent à éclairer l’opinion des Congolais pour les aider à mieux suivre la marche de leur pays.

PDM

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
17 − 13 =