Diffamation contre le FPI et son DG : Kin Kiey et Kitangala dans le viseur de la justice

Spread the love

Me Carlos Ngwapitshi Ngwamashi pourrait bientôt saisir les cours et tribunaux pour la cause de ses clients qui font actuellement l’objet d’une campagne de sape qui porte atteinte à leur réputation, leur image et leur dignité face à l’opinion. Il le dit dans un nouveau communiqué qu’il signe en date du 24 mai 2021. Ses clients sont le Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) et son Directeur général Patrice Kitebi Kibol M’vul. Et les « persécuteurs » de ses clients sont le prof Tryphon Kin Kiey Mulumba et Sieur Joseph Kitangala.

Le premier use, selon Me Ngwapitshi, de son journal le Soft International pour  des « publications intempestives et nauséabondes (…) qui blessent de manière incommensurable la présomption d’innocence des personnes mises en cause consacrée à l’article 17 de la Constitution ». Les publications du Soft International portent sur des allégations d’implication de Patrice Kitebi dans le détournement des fonds et des matériels du projet de parc agroindustriel de Bukangalonzo.

Les faits qui exposent Kin Kiey et Kitangala

A ce sujet, tout en assurant que ses clients « sont sereins et font pleinement confiance en la justice de leur pays et en ses animateurs et n’aimeraient pas interférer dans le cours des enquêtes », Me Carlos Ngwapitshi fait quand même quelques mises au point. Il se demande, par exemple, « comment Monsieur Kin Kiey Mulumba, qui n’est, du reste, pas partie au procès (affaire Bukanga Lonzo), annonce allègrement les différentes mesures qui seraient prises dans l’instruction d’un dossier à la phase pré juridictionnelle ». Il retient, en attendant de connaître le fin mot de la croisade de KKM, « que cet acharnement est dû au fait de plusieurs condamnations de Monsieur Kin Kiey Mulumba par les cours et tribunaux relativement à la créance de 669.879.89 Usd qu’il doit au FPI et de l’annonce de la ventre prochaine de son unique résidence pour ce 17 juin 2021 à 9 heures devant le TGI/Gombe ».

Quant au cas de Joseph Kitangala, l’avocat du FPI et de Kitebi, qui le désigne comme un « repris de justice », considère que « c’est un monsieur zélé qui tente d’attirer l’attention de quiconque lui prêterait l’oreille en vue d’arnaquer le FPI alors qu’il n’a aucun engagement avec lui ». Il faut noter que Kitangala, qui se targuie fallacieusement du titre d’aviseur du FPI, vient de bénéficier d’une mise en liberté provisoire après une détention de plus de 18 mois suite à une plainte des mêmes personnes et institutions qu’il attaque aujourd’hui et pour les mêmes actes de diffamation.

Bref, un cas de récidive qui pourrait accélérer la finalisation de son dossier judiciaire qui demeure pendant au Tripaix/Matete.

Ci-dessous le communiqué de l’avocat du FPI et de son Directeur général.

JEK

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
12 + 11 =