PRÊT SOUS UN FAUX CERTIFICAT : LE FPI CLARIFIE

Spread the love

Le Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) serait-il trempé dans une opération d’octroi de prêts indu ? C’est, en tout cas, ce que commente une certaine opinion à la suite de la publication, par le cabinet du Ministre des Affaires foncières, d’une information faisant état de l’octroi, par le FPI, d’un prêt à un investisseur contre la garantie d’un bien immobilier dont le certificat d’enregistrement s’avère être un faux. Réagissant à cette information et aux commentaires en tous sens, le FPI publie le communiqué de presse ci-dessous dans lequel il retrace les faits qui remontent en juin 2012, sous la mandat de Constantin Mbengele, mais qui ont déjà été constatés avant même l’annonce du ministère des Affaires foncières.

C’est, en effet, dans la procédure de vente publique de ce bien pour le recouvrement du prêt, dont l’objet n’a jamais été réalisé, qu’il a été constaté, début décembre 2019 que le certificat d’enregistrement le couvrant était un faux. Depuis lors, le FPI et ses avocats sont à la recherche de la promotrice des Établissements DAKO AB de Colette DAKO ABANANGWE, actuellement en cavale. Le comité Kitebi a donc été clairvoyant en initiant ce recouvrement forcé qui a permis de démasquer cette promotrice non seulement insolvable, mais qui, de plus, est en cavale.

Ci-dessous le communiqué du FPI.

 

Ce jeudi 02 janvier 2020 les réseaux sociaux ont  été envahis par le communiqué du Directeur de cabinet du Ministre des Affaires  Foncières, lequel est aussi relayé par les organes de presse et autres médias qui le commentent dans tous les sens sur fond des désinformations et intoxications.

Afin d’éviter toutes ces confusions entretenues dans l’esprit de l’opinion tant nationale qu’internationale, le FPI apporte  les précisions et éclaircissements ci-dessous.

En effet, il est incontestablement établi qu’en date du 08 juin  2012 ,soit 4 ans avant l’arrivée de l’actuelle équipe dirigeante du FPI , le contrat  de prêt  numéro 806 du 08 juin 2012 , avait été conclu d’une part, entre les Établissements DAKO AB, représentés par madame Colette DAKO ABANANGWE et d’autre part , par le FPI représenté par monsieur Constantin MBENGELE K. THAMUK son ancien Administrateur Directeur Général . Ce prêt de 1.172.034.100 FC, soit plus ou moins USD 1.000.000 avait été octroyé pour l’implantation d’une unité industrielle d’eau minérale à Bunia.

En couverture du prêt octroyé, la  promotrice desdits Établissements avait offert  en hypothèque l’immeuble sise avenue Pumbu  numéro 3, dans la commune de la Gombe à Kinshasa, portant le numéro 2386 du plan cadastral et enregistré sous le volume AW331 folio 145 du 24 août 1992.

L’équipe dirigeante actuelle, en vertu du principe de continuité des services publics et dans sa vaste campagne de recouvrement forcé, a constaté  que ce projet n’avait jamais été réalisé par la promotrice qui a opté pour la clandestinité.

Pour ce faire, le FPI  avait confié ce dossier à l’un de ses  avocats conseils pour  procéder au recouvrement de cette créance par toutes voies de droit.

A cet effet, les  vérifications administratives d’usage aux fins de la réalisation de l’hypothèque ont malheureusement révélées que le certificat d’enregistrement repris ci-haut pour couvrir ce prêt est un faux.

Des actions idoines sont menées concomitamment par les cabinets d’avocats du FPI  pour  retrouver la fugitive,  et en procédant notamment à :

–        Une mise en demeure à payer, signifiée en date du 03 septembre 2019 à la fugitive par  l’huissier de justice près du tribunal de paix de Kinshasa Ngaliema ;

–        Un commandement préalable à la vente par voie parée signifié en date du 23 septembre 2019 ;

–        Une requête aux fins d’obtention d’une ordonnance autorisant la vente par voie parée de l’immeuble sus évoqué adressée en date du 06 novembre  2019 à Monsieur le président du Tribunal de Grande Instance  de Kinshasa Gombe.

En réponse de quoi, a été rendu, en date du 29 novembre 2019 l’ordonnance numéro 490/D.50/2019 autorisant la vente par voie parée du  dit immeuble et désignant comme agent de vente le conservateur des titres immobiliers de la circonscription foncière de la Gombe.

–        A la requête du FPI, signification de l’ordonnance prête rappelée a été faite à l’agent de vente désigné en date du 03 décembre 2019.

Pour n’avoir pas trouvé de traces  de l’immeuble à vendre dans son livre d’enregistrement le conservateur des titres  immobiliers de la circonscription foncière de la Gombe a confirmé que le titre remis au FPI est un faux.

Le Fpi recommande à la presse de s’abstenir des commentaires désobligeants et partisans en laissant les organes judiciaires continuer les différentes procédures en cours.

Fait à Kinshasa, le 03 Janvier 2020.

LA CELLULE DE COMMUNICATION DU FPI.

 

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
6 × 9 =