COALITION CACH-FCC : LES CLARIFICATIONS DE VIDIYE TSHIMANGA

Spread the love

Le conseiller du Président de la république en charge des questions stratégiques a été l’invité du journal Afrique de France 24 jeudi en début de soirée. Il est intervenu juste après l’élection du bureau définitif de l’Assemblée nationale et a ainsi eu l’occasion de commenter l’actualité politique congolaise et apporter des clarifications sur quelques sujets.

Tel qu’a été orienté le bref entretien de cinq minutes, le Conseiller stratégique de Félix Tshisekedi s’est attardé sur la coalition Cach-Fcc et les perspectives de son fonctionnement par rapport aux attentes des Congolais, mais aussi aux craintes d’une certaine opinion qui veut que le nouveau Président continue d’être bridé par Joseph Kabila. Vidiye Tshimanga a, globalement, expliqué que la coalition Cach-Fcc est une coalition de compromis qui a pour but de servir de cadre d’interactions afin d’apporter des solutions aux attentes de la population. A ceux qui s’étonnent d’une telle alliance entre une force politique venue de l’opposition radicale avec l’ancienne majorité convertie dans le Fcc, il a noté que cela répond à la logique électorale qui a fait que le Cach remporte la présidence de la République sans obtenir une majorité au parlement comme il l’aurait espéré.

Dans ces conditions, il y avait le choix entre continuer à vivre comme en factions avec des antagonismes perpétuels et trouver des voies de compromis qui puissent permettre un fonctionnement harmonieux des institutions pour apporter des réponses aux attentes du peuple. Ce choix de la collaboration est d’autant plus normal que la RDC a système semi-présidentiel qui impose une collaboration entre les institutions exécutive et législative.

Vidiye Tshimanga ne partage pas, non plus, l’opinion de ceux qui laissent croire que la nouvelle configuration institutionnelle avec la majorité revenant à la famille politique de Joseph Kabila consacrerait la mainmise de celui-ci sur le fonctionnement du pays pendant que Félix Tshisekedi ne serait qu’une marionnette. Il a souligné que la rupture tant souhaitée est bel et bien vivante et vivable, déjà par le fait que le nouveau Président de la République est issu de l’opposition radicale et qu’il s’est engagé à combattre tous les anti-valeurs du passé dont la corruption. Et au camp « Lamuka » qui soutient cette thèse, le Conseiller stratégique du Chef de l’Etat s’et demandé ce que Lamuka pouvait faire sans majorité présidentielle s’il avait remporté l’élection présidentielle.

Il est clair qu’aujourd’hui Lamuka n’a pas cette majorité et s’il avait obtenu la présidence, il n’allait pas avoir d’autre choix que de chercher les voies de compromis avec le détenteur de la majorité parlementaire pour le véritable intérêt du peuple. Autrement, il ne lui serait resté que l’option contre-productive, pour le peuple, de la confrontation avec la quête d’un renversement de cette majorité ou de la dissolution du Parlement au bout de deux ans, etc.

Dans l’ensemble donc, l’intervention de Vidiye a, à mon sens, eu le mérite de clarifier les choses pour une meilleure compréhension de la coalition Cach-Fcc, son sens et sa finalité par rapport aux intérêts réels du peuple et de la RDC. cette clarification était d’autant plus nécessaire qu’elle a été faite à partir de l’étranger d’où partent encore des charges pour déstabiliser le pays et les nouveaux équilibres politiques issus des élections. Plutôt que de chercher à mener le pays vers cette voie sans issue, la meilleure intelligence et la plus utile, au pays comme à l’étranger, serait d’œuvrer au rapprochement des Congolais, notamment le Cach et le Fcc, autour d’un idéal commun qu’est uniquement le Congo et les Congolais.

L’on ne voit aucune autre alternative favorable au pays, sinon le chao qu’apporteraient des schémas dont on connaît, du reste, l’origine et la finalité.

Yvon Ramazani

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
5 × 24 =