ANTOINE GHONDA PLEURE MAMAN AMY, LA MERE DE KOFFI OLOMIDE

Spread the love

Dans ce voyage de la vie, embarquée dans un même train, nous n’aurons que le regret et les chagrins de la séparation pour avoir vu maman Amy descendre sur son arrêt selon le décret de Dieu et nous laissant des souvenirs inoubliables comme des poussières soufflées par le vent. Elle est descendue et notre train s’éloigne désormais de cet arrêt ; son image à elle devient comme un rêve de la nuit passée.

Bientôt, il sera midi, l’oubli commence à effacer nos liens en souvenirs lointains et précieux. Le reste est un mystère de deux droites parallèles. Personne ne sait si elles ne peuvent pas se rencontrer à nouveau à l’infini. Personne ne le sait! Alors, vivons, nous qui sommes encore en vie entre parenthèse, car personne ne sait encore à qui le tour au prochain arrêt.

Merci maman Amy pour ton passage sur cette terre…

Ambassadeur Antoine Ghonda

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
3 + 20 =