PASSATION DU POUVOIR : LA RDC A ECRIT SON HISTOIRE

Spread the love

Pour la première fois depuis son accession à l’indépendance, la République démocratique du Congo vient de vivre, ce jeudi 24 janvier 2019 à 14h17’, une passation pacifique et civilisée du pouvoir entre un président en fonction, Joseph Kabila, et un Président élu, Félix Antoine Tshisekedi. La cérémonie d’investiture a eu lieu au Palais de la Nation en présence, notamment, de 14 délégations africaines dont celle kényane conduite par son Président Uhuru Kenyatta qu’accompagne son ancien challenger Raila Odinga ; et une délégation haïtienne.

Egalement présents, des officiels congolais, des ambassadeurs et chefs de missions diplomatiques dont celles remarquées des européens, mais aussi une foule compacte de plus de 15 personnes qui ont communié avec la cérémonie dans une proximité à presque zéro mètres.

Des moments chargés d’émotions et qui ont arraché à certains des pleurs de joie lorsqu’après avoir prêté serment, Félix Tshisekedi reçoit les symboles du pouvoir dont l’étendard de l’armée nationale des mains de son prédécesseur Joseph Kabila Kabange. Mais aussi un peu d’angoisse lorsque le Président Tshisekedi a fait un malaise au beau milieu de son discours d’investiture avant que l’atmosphère ne se détende au terme de son adresse. Dans la tribune centrale, la sympathie se la dispute à des symboliques surtout quand Kabila cède sa place à Tshisekedi désormais Président de la République et Chef d’Etat.

Ces moments historiques sont soulignés dans le discours d’investiture lorsqu’il salue la mémoire de tous ceux qui ont œuvré à ‘émancipation du Congo, de Joseph Kasa-Vubu à Joseph Kabila en passant par Lumumba, Mobutu et Laurent-Désiré Kabila. Pensée particulière aussi pour son père, Etienne Tshisekedi qu’il dit avoir forgé en lui le combat politique qui porte aujourd’hui des fruits.

Félix Tshisekedi qui rappelle que la victoire qui le porte aujourd’hui au pouvoir n’est pas une victoire d’un camp contre un autre, mais la célébration d’un Congo réconcilié et non un Congo de division, de haune ou du tribalisme. Il s’engage à bâtir un Congo fort et tourné vers le développement dans la paix et la sécurité.

Pour Félix Tshisekedi, les horizons qui s’ouvrent sont ceux d’une ère nouvelle après un combat, et qui qui engage sur un nouveau combat, cette fois-ci pour le bien-être des Congolais. Et de revenir sur ses différents engagements lors de sa campagne, notamment d’œuvrer pour la paix et la tolérance dans une cohabitation pacifique entre communautés, la défense et la sécurité pour laquelle il promet d’offrir aux forces de défense et de sécurité un cadre de travail digne de leurs missions et sans discrimination ethnique ou sociale.

Son engagement, c’est aussi sur les volets des droits des personnes et des biens, les libertés publiques dont celle de la presse et une justice équitable. Il invite le Ministre de la justice de lui dresser l’état de la situation des prisonniers politiques, d’opinion et assimilés en vue de leur prochaine libération. Dans le même ordre d’idées, il réitère son engagement à mener une lutte farouche contre la corruption qui fait perdre à la RDC au moins 15 milliards Usd de recettes fiscales par an, soit quatre fois son budget.

Autre axe de lutte, faire de la RDC une puissance au cœur de l’Afrique dont elle constitue une espérance en raison de sa position géopolitique et de son capital humain.

Jonas Eugène Kota

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
15 − 6 =