APRES TSHIANI, KATUMBI PLAGIE « ENSEMBLE » DE JP LIHAU

Spread the love

Après le concept « Forces du changement » qu’ils ont copié sur celui de Tshiani, autre candidat à la présidence, Katumbi et sa troupe viennent de copier encore un autre concept, « Ensemble », lancé en décembre 2016 par Jean-Pierre Lihau, Dircab d’Aubin Minaku, pour soutenir la campagne d’enrôlement des électeurs. Très grave pour un candidat déclaré à la présidence qui étale là son ignorance de la société congolaise et sa marche.

Alors que vient à peine d’éclater l’affaire de son indélicatesse avec la nationalité congolaise pour avoir acquis celle italienne avant d’y renoncer sans solliciter de de recouvrer à nouveau la congolaise selon la loi, Moïse Katumbi vient à nouveau de signer un nouveau scandale de plagiat. C’est, en effet, cette affaire qui fait grand bruit dans les réseaux sociaux au sujet de la dénomination de la plate-forme qu’il vient de se faire monter en Afrique du Sud pour porter sa candidature à la prochaine présidentielle. « Ensemble », puisque c’est de cela qu’il s’agit, est, en effet, un nom que Jean-Pierre Lihau Ebwa Kalokola, Directeur de cabinet du Président de l’Assemblée nationale, avait donné à sa structure lancée en décembre 2016 au centre CEPAS pour la campagne de sensibilisation à l’enrôlement des électeurs.

Le logo portant cette dénomination (à droite sur l’illustration ci-dessus) avait largement été placardé à travers la ville et en provinces pour mener cette campagne. Et les sociétaires de cette structure « Ensemble », forts du succès de leur campagne, ont bien affirmé leur engagement à l’utiliser lors de la prochaine campagne électorale pour porter la majorité vers la victoire à tous les niveaux. Et Brandon Midagu, un des collaborateurs de Lihau, l’a officiellement déposé au ministère de l’Intérieur.

Voilà que les katumbistes, plus de 200 personnes venues de Kinshasa et d’ailleurs à travers le monde comme ils s’en sont ventés, utilisent le même nom pour baptiser la plate-forme électorale qu’ils viennent de monter en Afrique du Sud. Une autre entorse aux lois de la RDC qui interdisent la création des partis et regroupements politiques en dehors du territoire national.

Mais Katumbi et son bataillon n’en sont pas à leur premier plagiat en l’espace de quelque trois jours seulement. Avant ce dernier, Tshiani, un autre candidat déclaré à la présidence, a revendiqué la dénomination « Forces du changement » donnée à son mouvement politique qui porte sa candidature. C’est après le tweet dénonciateur de ce dernier que les katumbistes ont abandonné « Les Forces du changement » qui figurait déjà sur les affiches annonciatrices du conclave qu’ils viennent de tenir à Johannesburg.

Les observateurs de ce scandale constatent que par ces deux plagiats, les katumbistes font aussi montre de leur ignorance totale de la société congolaise et sa marche, et, partant, des besoins des Congolais pouvant inspirer un projet de société. Un mépris pure et simple qui montre aussi à quel point les intérêts individuels priment ici sur la cause du peuple congolais.

D’ailleurs, en termes d’inspiration, les katumbistes font montre d’une aridité à couper au couteau. En effet, même le concept « Les Forces du changement » n’était pas loin des « Forces du futur » de feu Z’Ahidi Ngoma. Pas loin, non plus, du « Changement », ce concept/programme qui porta Etienne Tshisekedi à sa victoire électorale comme Premier ministre à la Conférence nationale souveraine dans les années ’90.

Dans ces conditions de tricherie, il devient impérieux d’ausculter le projet de société le programme monté à Johannesburg pour savoir si ce n’est pas un autre copier-coller. Grave…

PDM

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
9 × 18 =