Affaire des Usd 80 millions : Cabale en cours contre de faux boucs émissaires

Spread the love

L’affaire des Usd 80 millions des pétroliers et de la rétro-commission de 12 millions Usd prélevée n’en finit pas avec ses rebondissements. Alors que les instances attitrées n’ont pas encore apporté la lumière nécessaire que l’opinion attend, l’on voit apparaître, dans les réseaux sociaux, une nouvelle dynamique tendant à mettre en cause l’Inspection générale des finances (IGF) et son Inspecteur chef de service Jules Alingete Nkey.

Les rumeurs d’une cabale

Sur tweeter et d’autres réseaux sociaux, en effet, des sources non identifiées font état d’une conférence de presse qui aurait été préparée hier vendredi, et qui devrait se tenir ce samedi pour diaboliser l’instance de contrôle des finances publiques et son principal animateur. On cite, dans ce coup, certaines personnalités telles que le SG du PPRD Ramazani Shadary, le ministre des Finances José Sele, le Sénateur José Makila, le Député national François Nzekuye et d’autres députés.

L’homme-orchestre de cette opération serait le ministre José Sele. Celui-ci aurait fourni au reste de l’équipe la documentation nécessaire, dont des copies des lettres de l’ancien Dircab a.i du chef de l’Etat datée du 22 janvier 2021 et du Gouverneur de la Banque centrale du Congo autorisant la Rawbank de décaisser la somme de Usd 80 millions. Dans le même lot des correspondances se trouverait celle de la ministre de l’Economie nationale demandant à son collègue des Finances le paiement de la créance des pétroliers.

Il n’y a jamais eu de conférence de presse en préparation

Après vérification et analyse, congovirtuel.org n’a eu vent d’aucune conférence de presse de cette nature prévue pour ce samedi avec les personnalités ci-haut citées. Aucun média de la place n’a, en effet, reçu d’invitation dans ce sens.

De là, on conclue que le coup aurait pour objectif de diaboliser le ministre des Finances en le donnant pour ayant été à l’origine des documents en circulation virale dans les réseaux sociaux au sujet particulièrement de la rétro-commission de Usd 12 millions.

Cette cabale trahit ainsi l’agitation des auteurs de cette nouvelle forfaiture qui, de toute vraisemblance, cherchent à détourner l’attention vers José Sele Yalaghuli alors que les médias et des Ong attitrées ont largement édifié l’opinion sur les tenants et les aboutissants de cette affaire.

En analysant cette saga des Usd 80 millions et de la rétro-commission de Usd 12 millions, tout porte à croire que l’épicentre de toutes les révélations se situerait au ministère de l’Economie pour des raisons qui restent à élucider.

José Sele, le mauvais bouc émissaire

Connu pour sa rectitude jusqu’au point de s’aliéner même la sympathie de ses collègues, le ministre des Finances s’en tient, depuis des mois, à la stricte observance des règles de gestions des finances publiques. Celle-ci est basée sur le pacte de stabilité macro-économique et financier liant le Gouvernement à la Banque centrale du Congo. De plus, José Sele, qui n’a plus jamais participé à des réunions autres que les visioconférences internationales depuis que le Gouvernement est en expédition des affaires courantes, assure le suivi de la gestion des comptes et leur contrôle par les instances attitrées telles que la Cour des comptes, le Parlement, etc.

Les auteurs de l’affaire des deniers publics qui défraie la chronique ont alors voulu se cacher derrière de mauvais boucs émissaires. L’affaire est toujours à suivre.

Jonas Eugène Kota

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
19 + 12 =