RDC/ELECTION DES GOUVERNEURS : LA TENSION MONTE EN PROVINCES

Spread the love

A Kinshasa, Lomami et Lubumbashi, les militants des partis se toisent, s’affrontent à coup de pierres ou surveillent leurs députés provinciaux contre la corruption. Pendant ce temps à Lusambo, il s’observe une accalmie avant la tempête.

A 48 heures de l’élection des Gouverneurs, la tension monte en provinces. Si, au Sankuru, les partisans du candidat invalidé ont promis du grabuge le 10 avril, dans la province de la Lomami, une manifestation spontanée a été organisée ce lundi à Kabinda contre la candidature unique de Sylvain Lubamba du Front commun pour le Congo (FCC) à l’élection de gouverneur.

Les manifestants ont convergé vers l’assemblée provinciale où ils ont mis en garde les députés provinciaux contre l’élection de Sylvain Lubamba qu’ils soupçonnent d’être manipulé à partir de Kinshasa contre les intérêts de la province. La plénière de présentation des programmes par les différents candidats a été quelque peu perturbée, même si les manifestants, qui sont surveillés par la police, ne montrent pas encore des signes d’énervement.

Une situation similaire s’observe à Lubumbashi où nos sources annoncent des accrochages entre militants de l’Udps et du Pprd, deux partis qui alignent des candidats pour le gouvernorat du Haut-Katanga. Massés devant le bâtiment du 30 juin, siège de l’Assemblée provinciale où se déroule la campagne électorale, les deux camps se lancent des pierres et déchirent les affiches de leurs candidats (Jacques Kyabula Katwe pour le FCC et e Coco Jacques Mulongo Nzemba pour l’UDPS) sans motif clairement exprimé.

La police a dû intervenir avec des gaz lacrymogènes pour disperser la foule et départager les protagonistes, mais la tension demeure vive aux abords du bâtiment du 30 juin où la campagne électorale n’a pas encore débuté avec la présentation des programmes de chaque candidat.

A Kinshasa, la même tension s’est observée samedi dernier à l’Assemblée provinciale, surtout de la part des militants de l’Udps qui surveillent principalement leurs députés provinciaux pour prévenir la situation survenue avec les élections sénatoriales où le parti tshisekedi n’avait obtenu aucun siège malgré ses 12 députés provinciaux. Face à cette tension, certains députés de la ville de Kinshasa avaient sollicité la délocalisation de l’élection du Gouverneur de la ville vers le Palais du peuple, mais la CENI s’y est opposé.

Cette campagne électorale prend fin ce même lundi à minuit.

JDW

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
1 × 28 =