RDC/ELECTION DES GOUVERNEURS : AVIS DE VIOLENCES AU SANKURU

Spread the love

Après les affrontements de la mi-février 2019 entre les partisans de Lambert Mende et Joseph Stéphane Mukumadi pour l’élection du Gouverneur du Sankuru, la ville de Lusambo est de nouveau en proie à des tensions suite à la non réhabilitation, par la Ceni, de Mukumadi dont la candidature, invalidée à la Cour d’appel, a été relancée au Conseil d’Etat.

Alors que l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs de provinces doit se tenir ce 10 avril 2019 à travers le pays, la tension monte dans la province du Sankuru. Depuis plus de dix jours, en effet, il s’observe un mouvement des populations à Lusambo, chef-lieu de la province et siège de l’Assemblée nationale. La plupart vont se réfugier dans la forêt pour se mettre à l’abri d’éventuelles affrontements.

A la base, la non réhabilitation, par la Ceni, du candidat Joseph Stéphane Mukumadi dont le recours a été agréé par le Conseil d’Etat après son invalidation par la Cour d’appel. Ddes groupes de jeunes soutenant cette candidature ont diffusé, le week-end dernier, une déclaration dans laquelle ils promettent d’empêcher la tenue de l’élection au cas où Mukumadi ne serait pas réhabilité par la centrale électorale.

Réagissant à cette position, le Rapporteur de la Ceni, Jean-Pierre Kalamba, a expliqué que contrairement aux contentieux sur les résultats des élections, ceux en matière de contentieux des candidatures sont traités au niveau de la Cour d’appel dont les décisions sont irrévocables, même pas par des décisions du Conseil d’Etat. Quant aux menaces des partisans de Joseph Stéphane Mukumadi d’empêcher la tenue de l’élection, il les a renvoyés à la police. Logiquement donc, Lambert Mende pourrait se présenter en candidat unique pour la province du Sankuru.

Face à cette situation, les observateurs en appellent à une intervention des autorités en amont afin de prévenir tout affrontement dans cette province qui est souvent troublée par des confrontations violentes aux élections. Le dernier cas en date, remonte à la mi-février 2019 lorsque le Chef de l’Etat avait été amené à dépêcher le Vice-premier ministre et Ministre de l’Intérieur et sécurité d’alors, Henri Mova Sakanyi, au Sankuru pour ramener le calme après les affrontements entre les partisans de Lambert Mende et Joseph Stéphane Mukumadi sur la même question de l’élection du Gouverneur. Ces affrontements s’étaient soldés par un mort, plusieurs blessés par balles et l’incendie des maisons.

Initialement prévue pour le 26 mars, l’élection des Gouverneurs de province avait été renvoyée au 10 avril après sa suspension, ainsi que l’installation des Sénateurs, par le Président de la République, Félix Tshisekedi, suite aux allégations de corruption dont auraient été émaillées les sénatoriales.

JEK

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
13 + 8 =