EN OUGANDA, KALEV ÉTAIT BIEN EN MISSION OFFICIELLE

Spread the love

Nos sources sont formelles : l’ordre de mission fournit à Kalev Mutond par la Primature, et dont le fac simulé enflamme la toile, est authentique : l’ancien patron de l’ANR a bel et bien voyagé comme conseiller politique à la Primature. Il a bel et bien obtenu un passeport diplomatique aux affaires étrangères, et après les formalités d’usage à l’ANR, sur demande de la Primature.

La toile bouillante vient de recevoir, par un vent favorable, un document présenté comme un ordre de mission signé par le Directeur de cabinet du Premier ministre, François Kabuya Kalala, et confiant une mission officielle à Kalev Mutond, ancien patron de l’ANR. L’affaire avait défrayé la chronique la semaine dernière au sujet, non pas seulement de cette mission, mais aussi de la détention, par l’intéressé, d’un passeport diplomatique. La même chronique fais ait ainsi état d’une audition sur PV de Kalev à l’ANR après la brève interpellation dont il aurait fait l’objet à la DGM/Ndjili à cause de ce passeport diplomatique.

Après vérification auprès des sources bien introduites à la Primature et aux services attitrés du ministère des Affaires étrangères, congovirtuel.org peut attester que Kalev Mutond a bel et bien séjourné en Ouganda pour une mission officielle ordonnée par la Primature. La démarche, pour ce faire, a suivi la procédure régulière de demande et d’obtention de passeport auprès du ministère des affaires étrangères.

« L’office (cabinet) de Mme la ministre des Affaires étrangères avait bien reçu une lettre signé par le Dircab du Premier ministre demandant l’octroi d’un passeport diplomatique à M. Kalev. Et comme de pratique, cette lettre était accompagnée d’un ordre de mission daté du 8 février 2020 », explique notre source à la Primature. Qui poursuit qu’il (l’ordre de mission) porte le numéro RDC/PM/DIRCAB/2020/127 et désigne Kalev Mutond en qualité de conseiller politique à la Primature.

L’ancien patron des renseignements congolais devait donc, selon cet ordre de mission, suivre l’itinéraire Kinshasa-Addis-Abeba-Entebbe et retour dans la période du 9 au 12 février 2020.

Et notre source de rappeler qu’il n’y a pas de mystère à une telle mission qui, du reste, était connue de tous les services intéressés, notamment l’ANR auprès de qui passent toutes les demandes de passeport, ou encore la DGM devant laquelle le concerné était passé sans problème à sa sortie du pays.

Comment expliquer alors tout le battage médiatique autour de l’affaire de l’interpellation à Ndjili et l’audition sur PV à l’ANR ? « Il faut poser la question à tous ceux qui ont fait ce tapage et tous ceux qui ont voulu en faire une récupération politicienne », commente simplement un autre interlocuteur aux Affaires étrangères qui s’étonne que personne, de tout ce monde, n’a pris la moindre initiative d’interroger le système d’octroi des passeports, ni même de vérifier si Kalev était sorti du pays et avec quel passeport. En clair, tout porte à croire que l’affaire, amplifiée par RFI et ses correspondants à Kinshasa, au nom de la crédibilité dont la « radi mondiale » se réclame, n’aura été qu’un vaste bidonnage. Et que, comme l’indiquait des proches de Kalev, son escapade « à son ancienne maison » n’avait rien à voir avec une quelconque interpellation.

« L’homme suivait certainement la procédure de débriefing à laquelle est astreint toute personnalité ayant exercé, par le passé, des fonctions du genre de celles qui furent les siennes », coupe l’interlocuteur.

JEK

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
14 + 2 =