L’ENA FORME 50 CADRES SUR L’ÉVALUATION DU DÉVELOPPEMENT

Spread the love

Mercredi 2 mai 2018, le Premier ministre Bruno Tshibala Nzenze a lancé officiellement le Programme International de Formation en évaluation du développement (PIFED), organisé par l’Ecole nationale d’administration, ENA RDC en partenariat avec l’Ecole nationale d’administration publique du Québec (ENAP). La cérémonie a également connu la présence du Ministre de la Fonction publique, Michel Bongongo, le vice-ministre de l’intérieur Basile Olongo ainsi que des formateurs africains et canadiens.

Pendant dix jours, soit du 2 au 12 mai courant, les apprenants – 50 au total – vont recevoir en matinée les ingrédients théoriques nécessaires dans les domaines les plus variés, a soutenu dans son mot de circonstance Guillaume Banga Wakimesa, Directeur a.i de l’Ena. Avec les formateurs venus du Canada et de l’Afrique, les apprenants seront éclairés sur les enjeux actuels de l’évaluation du développement. Ils seront également outillés sur la présentation générale de ce qu’est l’évaluation et les particularités de son application dans le contexte du développement ; les différentes approches de l’évaluation qui permettront de comprendre les différents types d’évaluation qui répondent aux besoins des décideurs ; saisir les larges éventails des pratiques évaluatives existantes ; maîtriser l’utilisation de la théorie du changement dans la pratique évaluative ainsi que l’évaluation des effets, les méthodes de collecte et d’analyse des données d’évaluation du développement. Comment faire la communication des résultats, favoriser leur utilisation, la gestion de l’évaluation ainsi que le respect des principes et standards  éthiques, telles sont aussi les matières inscrites à ce programme de formation.

Le patron de l’Ena a rassuré que quand quelqu’un suit la formation en PIFED, il a également la possibilité de suivre deux autres formations. Il s’agit de recevoir un ensemble complet qui donne droit à une certification universitaire nord-américaine en Gestion des Performances. Et les deux autres programmes portent sur la Gestion Axée sur les Résultats et la Budgétisation Axée sur les Résultats (GAR-BAR). Ces formations peuvent être suivies au Canada. Mais les démarches ont été lancées pour délocaliser cette formation vers la RDC afin de permettre aux apprenants de se former sur place au pays tel que c’est le cas avec l’actuel PIFED.

De son côté, Michel Bongongo, Ministre de la fonction publique, a rappelé que le diagnostic de l’administration publique a fait état du vieillissement du personnel et de l’existence d’un important besoin en formation et en renforcement des capacités des agents et fonctionnaires de l’Etat afin d’améliorer l’efficacité de l’administration et la qualité du service rendu au plus âgé. C’est pour répondre à ce besoin que le Gouvernement a créé l’Ecole nationale d’administration. Cette réforme de l’administration implique l’organisation des sessions de formation et le renforcement des capacités des agents et fonctionnaires de l’Etat afin de mieux les outiller pour assumer avec efficacité leurs fonctions. De même, les réformes entreprises par le Gouvernement, notamment dans les domaines des finances publiques, décentralisation, fiscalité et de la santé rendent nécessaires les besoins de formation, de recyclage et de renforcement des capacités des agents de l’Etat en vue de garantir leur meilleure appropriation, a encore soutenu Michel Bongongo.

Pour lui, la présente session de formation constitue une action importante dans le processus de mise en œuvre de la réforme et la modernisation de l’administration publique. Elle permettra aux participants issus des différents ministères et institutions de renforcer leurs capacités professionnelles en matière de suivi et évaluation des interventions publiques, à savoir : les projets, les programmes ainsi que les politiques publiques, a-t-il rassuré.

Avant d’ouvrir cette session de formation, le Premier-ministre Bruno Tshibala a dit tout son plaisir quant à son organisation en ce qu’elle rentre dans la mission assignée à L’ENA de répondre aux besoins de formation, recyclage et renforcement des capacités des fonctionnaires de l’Etat. Bruno Tshibala, a, à cette occasion, rappelé à son auditoire que la plus grande richesse d’un pays est sa population, et la plus grande richesse d’un Etat, ce sont ses  fonctionnaires bien instruits, formés et hautement qualifiés. Des fonctionnaires compétents, intègres et qui placent l’intérêt général au-dessus de leurs intérêts personnels.

Après la cérémonie officielle, Bruno Tshibala a eu droit à une visite guidée, au cours de laquelle, les explications sur la maquette du futur campus de l’ENA lui ont été données par le DG a.i. de cette structure.

Giscard Havril

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
7 + 30 =