Joseph Kabila aura finalement tout lâché

0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Accusé jusqu'à la veille de la fin des travaux, d'être celui qui bloquait le processus de négociations, le président de la république apparaît comme celui qui aura fait le plus de concessions.

Celui qui, face au congrès, déclarait se contenter du sort que lui scelle la loi, a cédé la primature au Rassemblement, le conseil national de suivi de l'accord à Etienne Tshisekedi et ne changera ni modifiera la constitution (encore que cela n'était pas dans son programme, affirment ses plus proches collaborateurs).

Il ne sera donc pas candidat à un troisième mandat.

En l'intervalle de 2 mois, le president Kabila, arrivé fin mandat, sera passé du statut de celui qui dirige tout à celui qui concède tout, de celui qui "aurait tout bloqué" à celui qui a permis que tout se fasse.


Respect de la constitution

Alors que l'alinéa 2 de l'article 70 l'autorise à rester "jusqu'à l'installation effective" de son successeur, et malgré la polémique que cette disposition légale a suscité, particulièrement chez ceux, hier de son camp aujourd'hui passés à l'opposition, "le président Joseph Kabila n'a pas voulu être le sujet du blocage", a dit à TOP CONGO FM, un de ses plus proches conseillers.

Mais au nom du respect de la constitution, il n'a pas tout accepté.


L'agacement des évêques

Ceux qui pensaient que l'humeur des évêques était fonction des caprices du Rais se sont vite rendus compte qu'ils se sont trompés quand Monseigneur Ambongo, dans sa déclaration avant l'ultime plénière (ce vendredi) menaçait de prendre le peuple à témoin.

Après avoir tout demandé et (presque tout) obtenu de Joseph Kabila, à cet instant, le Rassemblement traînait encore les pieds "pour des histoires d'individus".


La balle est dans le camp de la médiation

"Les évêques ne regardaient que le Rassemblement", affirme un cadre de la MP, "ils voulaient absolument d'un accord".


Mais aujourd'hui que JK a tout laissé, "la difficulté risque de venir d'ailleurs", prévient un haut cadre de la MP. 

 
La CENCO, à l'origine de ce compromis, "est désormais en charge de son application"., estime la MP.

Actualité

ALTERNANCE : ZIMBABWE ET RDC PAS COMPARABLESALTERNANCE : ZIMBABWE ET RDC PAS COMPARABLES
17 Nov 2017 09:50 - Redaction Online

Les aspirants à une « transition sans Kabila » se mettent à rêver d’une perpétration des querelles de famille au Zimbabwe et qui n’ont aucun rapport avec un jeu authentiquement démocrat [ ... ]

ISOLE AU RASSOP, FATSHI DESORMAIS A LA TRAINE DES MOUVEMENTS CITOYENSISOLE AU RASSOP, FATSHI DESORMAIS A LA TRAINE DES ...
15 Nov 2017 16:50 - Redaction Online

De quel leadership Félix Antoine Tshilombo peut-il encore se prévaloir au sein du Rassop/Limete ? La question mérite bien d’être posée au regard des revers qu’il ne cesse de subir ces dern [ ... ]

MANIF’S PUBLIQUES : LA MONUSCO SIGNE UN FACHEUX PRECEDENTMANIF’S PUBLIQUES : LA MONUSCO SIGNE UN FACHEUX PR...
15 Nov 2017 09:53 - Redaction Online

Alors que la majorité des congolais et l’ensemble de la communauté internationale sont rangés derrière la légalité constitutionnelle et soumis au calendrier électoral pour l’organisation  [ ... ]

LE CALENDRIER ELECTORAL PLEBISCITE EN INTERNATIONALLE CALENDRIER ELECTORAL PLEBISCITE EN INTERNATIONA...
10 Nov 2017 14:07 - Redaction Online

Les USA, l’ONU, l’Union européenne, l’Organisation internationale de la francophonie, l’Union africaine, etc., ont unanimement accepté le calendrier électoral publié par la CENI et décl [ ... ]

Palais de la Nation: seance du travail, ce dimanche 15 Octobre 2017

JT et REVUE DE PRESSE

Vidéo récente
Loading Player...
Watching: JT ET REVUE DE PRESSE BSCTV (13 videos)
Loading...
Playlist: 0

.