MESSAGE DU CARDINAL MONSENGWO : UN ACHARNEMENT DE TROP ET INUTILE CONTRE LE REGIME KABILA

0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’Archevêque de Kinshasa, le Cardinal Monsengwo, reste égal à lui-même dans la prise à partie indélicate et incessante du régime congolais. Alors que les discussions directes entre signataires et non-signataires de l’Accord du 18 octobre qui a sanctionné la fin des travaux du dialogue de la cité de l’Union africaine évoluent bien et qu’un accord qui permette d’éviter toute escalade de violence est déjà esquissé au centre interdiocésain, les assauts du Cardinal Mosengwo paraissent obsolètes, inappropriés et incongrus et manquent de pertinence et d’élégance intellectuelle.

L’on se demande même si ce n’est pas une vendetta personnelle ou le Cardinal, déçu de la bonne évolution des discussions au centre interdiocésain, a voulu, en personne, contribuer aux empoignades à Kinshasa, s’appropriant tous les procès d’intention contre Joseph Kabila.

 

D’une déclaration indélicate à une autre

Dans son message transmis à toutes les paroisses de l’archidiocèse de Kinshasa intitulé « Lorsque vint la plénitude du temps, Dieu envoya son fils né d’une femme », le Cardinal Laurent Monsengwo, Archevêque de Kinshasa, sous l’alibi d’appeler les chrétiens de Kinshasa à bannir la violence et à devenir des artisans de la paix, incite, en prenant à partie Joseph Kabila sans le citer et en s’appropriant tous les procès d’intentions contre lui, les Kinois à considérer le chef de l’Etat comme le mal congolais et à se soulever contre lui.

 

«Le fait de prendre le pouvoir par les armes ne justifie pas qu’on ne puisse le quitter que par les armes. Il est révolu le temps où l’on prenait le pouvoir par les armes ; il est révolu le temps où l’on cherchait à conserver le pouvoir par les armes, en tuant son peuple, ces jeunes qui ne réclament que leurs droits de vivre un peu plus dignement», a écrit le Cardinal Monsengwo. Ces propos sont lourds de conséquences sur le plan de la paix dont il prétend inviter les chrétiens à devenir artisans. Le cardinal affirme par là que Joseph Kabila est devenu Président par les armes et il ne veut les quitter que par les armes. Il fausse, en âme et conscience, l’histoire récente de la RDC, car Joseph Kabila, même en 2001, n’a pas pris le pouvoir par les armes. Il a été élu deux fois à la tête de la RDC et c’est à ce titre que l’article 220 de la Constitution lui est appliqué pour qu’il ne se représente plus pour un troisième mandat. Tout ce que cherche l’opposition congolaise est que Joseph Kabila ne rempile plus. L’histoire de vouloir quitter le pouvoir par les armes est seulement connue du cardinal qui fait un procès d’intentions contre Kabila comme un vulgaire politique de l’opposition caricaturale et instrumentalisée par les impérialistes en quête de prétextes martiaux pour réaliser le plan occidental en RDC.

 

Le cardinal devient très dangereux quand il évoque la situation de jeunes. Dans  ses écoles répandues à Kinshasa pourtant, il est notoire qu’il ne facilite pas l’accès aux jeunes des parents démunis qui ont besoin de bien étudier pour rassurer leur avenir. Dans le protocole de révolution de couleur, les jeunes sont beaucoup visés par les prédateurs parce que plus nombreux et faciles à berner. On se  demande si le Cardinal ne sert pas les causes des prédateurs impérialistes qui vendent des illusions aux mêmes jeunes, à travers les discours empoisonnés et bien calibrés des pseudo-mouvements citoyens ainsi que les intox et sophismes des partis politiques et intellectuels congolais instrumentalisés de tous les domaines. Le cardinal, en citant les jeunes, a tenu exactement le même discours que tous les ennemis de la paix et de la stabilité de la RDC qui expliquent la pauvreté du peuple congolais par la faute, sans débat de fond, au pouvoir. Malin et irresponsable.

 

Le cardinal a rappelé à tous « qu’ils rendront compte devant le Seigneur, de la souffrance qu’ils imposent aux autres, en fermant leurs yeux face à la misère du peuple. Prenons garde car qui tue par l’épée, périra par l’épée». Il élabore ainsi donc son argumentaire contre le régime congolais, en s’exemptant et en exemptant les prédateurs impérialistes, dont il connaît la responsabilité dans les malheurs congolais. Le cardinal élabore son argumentaire en tenant pour vraies les accusations triviales contre le régime congolais, tout en l’intimidant par une citation de la Parole de Dieu. Les gens ne meurent-ils que par l’épée au monde ? Y a-t-il, devant Dieu, une différence entre celui qui tue par l’épée et celui qui décime par d’autres moyens ? Non, tous sont des tueurs et les plus dangereux sont ceux qui tuent par des moyens mystérieux ou très peu connus du grand public. Si le Cardinal pouvait aller plaider pour la souffrance  des Congolais chez les Occidentaux notoires, Américains et Européens, qui, depuis longtemps, taillent de la besogne aux Congolais à cause des richesses abondantes et bigarrées de leur pays. Si les Occidentaux laissaient les Congolais libres d’exploiter leurs richesses et de les vendre à n’importe quelle puissance de leur choix, l’Etat congolais disposerait de plus de moyens pour faire face aux défis sociaux du peuple congolais. Par ces propos, le cardinal a aussi voulu intimider le pouvoir, tout à fait comme les effets visés par les sanctions ciblées des personnalités civiles et  sécuritaires des USA et de l’Union européenne. A la seule différence que le cardinal a opéré de façon insidieuse, manipulant la psychologie du public cible.

 

Le cardinal prend le prétexte de Noël, pour s’acharner contre le régime congolais. « La paix de Noël implique la justice, l’amour, la vérité, sans lesquels on s’expose à des mécontentements, des frustrations, des troubles sinon à des émeutes, contraires à l’harmonie sociale, indispensable à la réconciliation », prend-t-il soin d’écrire. Le cardinal est un professeur invétéré et attitré qui n’ignore rien des effets désastreux de la prédation impérialiste contre le social congolais quand elle prive l’Etat des moyens suffisants ou consistants pour sa politique sociale. Il accrédite les émeutes en trompant les jeunes à qui il fait croire que leurs mécontentements, frustrations viennent du régime. Un travail de sape et de lavage de cerveau qui encourage les soulèvements contre le pouvoir d’où naissent ses répliques légitimes. Le pouvoir réagit parce qu’il sait que ce qui pousse les jeunes sur les rues, ce sont les incitations spéciales et intoxications de ceux qui s’activent à manipuler le peuple, pour changer le plus vite possible le régime actuel afin de le remplacer par un régime dont les membres ne seront que des fantoches vis-à-vis des Occidentaux impérialistes et qui ne donneront jamais au peuple son bonheur au niveau voulu. Et qui, lorsqu’on leur posera des questions, continueront à entretenir la patience populaire jusqu’à ce que le peuple comprenne le jeu et se fâche contre eux à leur tour. Alors, les Occidentaux les remplaceront par d’autres que le peuple n’aura pas encore haï du fait des manigances et oukases des mêmes occidentaux. Changeant de président sans changer le système.

 

Le cardinal est allé jusqu’à accuser le pouvoir de planifier de tuer les Congolais ! « Celui qui respecte la Constitution n’a rien à craindre de la justice. Celui dont les droits sont bafoués se sent protégé par la même Constitution », a-t-il encore écrit, faisant à nouveau siennes les accusations vulgaires contre le régime qu’on soupçonne de s’accrocher au pouvoir craignant les poursuites judicaires de l’après pouvoir. Le cardinal a-t-il, comme le demande la Bible, jugé selon l’apparence ou selon la Justice ? Va-t-il créditer toutes les fausses accusations contre le régime pour la cause impérialiste de déchéance rapide du régime Kabila ? N’est-ce pas que dans une démocratie constitutionnaliste, le successeur d’un chef d’Etat n’est trouvé que via le suffrage universel ? Que ce soit dans l’Accord du 18 octobre tout comme dans l’accord à venir du dialogue du centre interdiocésain, la programmation  d’élections est bien faite pour qu’après le scrutin présidentiel, Joseph Kabila cède le pouvoir à son successeur élu. Si tel est le cas, alors pour quoi continuer à faire croire que Joseph Kabila ne veut pas quitter le pouvoir pour  des   raisons connues seulement de ses détracteurs  et non de la vérité ? Celui qui a monté le plan du renversement malin du régime Kabila, c’est l’Occident qui emploie tous les prétextes, aussi bien vrais que faux, pour y parvenir. Dans ses stratégies, dans la droite ligne du protocole  de révolution de couleur, figurent l’intoxication des masses qui doit se suivre des manifestations. Quand les gens manifestent ainsi, est-ce le régime kinois qui planifie de tuer les Congolais ? C’est maintenant le planificateur de la mort des Congolais qui en imputent malignement la responsabilité au régime battu en brèche par la magie d’a priori ! Très, très malin de la part du Cardinal Monsengwo dont la sortie confirme les propos de ceux qui affirment que l’église catholique fait partie du système impérialiste du monde.

 

Ayant cru avoir eu des gens en leur faisant croire son innocence ou sa sainteté face à l’éventualité d’une flambée de violence à Kinshasa, le cardinal se donne le courage d’écrire : « Pendant que Dieu nous envoie son fils, pour être l’un des nôtres, pour nous apprendre comment vivre en hommes raisonnables, justes et religieux, d’aucuns mijotent nuit et jour, mort et tueries. Il est plus facile de tuer que de ne pas tuer. Il est plus facile de céder à la violence que de résister à la force. Il est plus beau d’être artisan de paix qu’artisan de la violence. Il n’y a pas de grandeur à manier les armes pour tuer les gens ». La légendaire hypocrisie des prédateurs qui utilisent l’arme redoutable de la malice. La vie serait autre en RDC si la meute des félins mondiaux, utilisant tous leurs bras séculiers, ne concoctaient pas des stratégies pour  déstabiliser en permanence la RDC à cause de son poids géostratégique élevé. N’est-ce pas qu’il est plus facile aux Occidentaux de cesser de troubler la RDC en acceptant de  s’adresser au pouvoir congolais pour exploiter ses richesses ? N’est-ce pas que comme les élections exigent de l’argent et de la logistique pour être organisées, il suffit que les Occidentaux investissent des moyens pour la tenue rapide des élections pour que Joseph Kabila quitte le pouvoir ? N’est-ce pas qu’il est plus facile de procéder en utilisant la vérité que des stratégies de la rhétorique de la ruse pour obtenir la succession de Joseph Kabila ? Celui-ci doit-il partir parce qu’une poignée des Congolais manipulée par les Occidentaux le veulent ou parce que la majorité des Congolais le veulent ? On  se demande ce que le cardinal aura d’extraordinaire quand Joseph kabila quittera le pouvoir, car depuis que ce dernier est au pouvoir, le prélat ne cesse de le battre en brèche, créditant ceux qui l’accusent d’être jaloux de Joseph Kabila comme lui-aussi a toujours voulu être président de la RDC. L’acharnement avec lequel il se déchaine sur Joseph Kabila crédité de tels propos et le protocole de la prédation impérialiste. Si les jeunes kinois marchent sur les mines occidentales, ils se mettront en peine pour les intérêts des néocolonialistes qui ne changeront pas leurs visées contre la RDC parce que Joseph Kabila aura quitté le pouvoir. Ainsi, c’est l’élite congolaise qui trahit la jeunesse congolaise. Elle  se sert du crédit dont elle jouit auprès de la jeunesse pour la berner et l’intoxiquer en faveur des visées impérialistes. Ceux qui planifient de tuer les Congolais sont ceux qui les envoient sur la rue afin de les aider à prendre le pouvoir par la force. Ils sont connus, eux ainsi que tous leurs soutiens et complices moraux proches et lointains.

Léo LIPOPO

Actualité

DU CDH A BGFIBank ET AU TERRORISME : WASHINGTON MAUVAIS PERDANT !DU CDH A BGFIBank ET AU TERRORISME : WASHINGTON MA...
18 Oct 2017 09:27 - Redaction Online

A défaut d’avoir pu coincer Kinshasa dans le vote au Conseil des droits de l’homme et, avant cela, faute d’avoir pu obtenir une enquête internationale indépendante sur les fosses communes a [ ... ]

PRESENCE CONFIRMEE DES ISLAMISTES A L’EST, KINSHASA DÉJÀ EN ALERTEPRESENCE CONFIRMEE DES ISLAMISTES A L’EST, KINSHAS...
17 Oct 2017 16:49 - Redaction Online

Evoquant la situation sécuritaire prévalant à l’Est de la république démocratique du Congo lors d’une de ses interventions du haut de la tribune des Nations-Unies, le Président de la répu [ ... ]

LA RDC AU CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME : LE SENS D’UN MANDAT, SELON MUSHOBEKWALA RDC AU CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME : LE SENS ...
17 Oct 2017 15:21 - Redaction Online

Loin d’être un plébiscite qui confèrerait un quelconque prestige comme le croient ceux qui s’opposaient au vote en faveur de la RDC, l’obtention d’un siège à mandat au Conseil des droit [ ... ]

APRÈS LUBAYA AVEC L'UA, LUTUNDULA INSULTE ZUMA ET LA SADCAPRÈS LUBAYA AVEC L'UA, LUTUNDULA INSULTE ZUMA ET ...
16 Oct 2017 10:07 - Redaction Online

Christophe Lutundula vient de brocarder le Président sud africain et Président en exercice de la Sadc en séjour à Kinshasa en affirmant qu'il n'est pas venu pour les Congolais, mais pour les int [ ... ]

Palais de la Nation: seance du travail, ce dimanche 15 Octobre 2017

JT et REVUE DE PRESSE

Vidéo récente
Loading Player...
Watching: JT ET REVUE DE PRESSE BSCTV (13 videos)
Loading...
Playlist: 0

.