CHRISTOPHE LUTUNDULA DEVOILE LES DESSOUS D’UNE « TRANSITION SANS KABILA »

0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 

 

Coincé au cours d’un entretien sur Top Congo au sujet de la base légale d’une éventuelle transition sans Kabila, Christophe Lutundula a trahi le vrai objectif de cette formule qui vise à offrir les commandes du pays aux lobbies politico-affairistes à travers Moïse Katumbi et le G7 qui leur ouvrirait la voie vers les richesses de la RDC. Et au milieu de cette stratégie, le peuple n’a pour rôle que de servir de marchepied à travers des actions de rue qui ne lui rapporterait rien. Même l’Udps s’y fait embobiner pour apporter son poids sociologique aux campagnes de rue sans garantie d’une rétribution politique…

La dernière production de Christophe Lutundula le week end dernier sur la radio Top Congo Fm est passée presqu’inaperçue, mais elle n’a pas manqué de signification sur les vraies intentions du G7 plus que du Rassop/Limete autour de la formule « transition sans Kabila ». Un psychologue aurait, en effet, décelé un certain embarras, si pas un embarras certain, dans les propos de Lutundula lorsqu’il devait répondre à des questions essentielles de savoir qui pourrait diriger une telle transition, quelle en serait la durée et pourquoi, ou encore quelle serait la base légale d’une telle formule, la Constitution en vigueur en RDC ne la prévoyant pas.

 

Des vérités dans les non-dits…

Pour un entretien de vérité, cet échange avec Christian Lusakweno en aura été à plusieurs égards puisqu’il a révélé ce que congovirtuel.org a toujours dénoncé, à savoir que le Rassop/Limete et l’ensemble de ses sociétaires sont phagocytés par le G7 qui en a le contrôle pour mener à bien son agenda qui tourne autour d’un individu, ses intérêts personnels et ceux de ses partenaires : Moïse Katumbi. Plus grave encore, Christophe Lutundula a révélé combien cette formule d’une transition sans Kabila n’avait rien à voir avec les intérêts des Congolais pour privilégier des visées de pouvoir d’un conglomérats d’affairistes qui n’ont pour finalité que de profiter de cette position au sommet de l’Etat et au sein des institutions pour (re)faire main basse sur les richesses de la RDC. Tout ce dont ce projet a besoin d’un support politico-sociologique qui apporterait une chape de paravent afin de circonvenir le peuple congolais sous le prétexte de le délivrer de ce qu’ils présentent comme l’obstacle à leur bien-être. Les affaires n’ont aucune teinte morale, dit-on…

 

Christian Mwando rate sa diversion

Et l’on comprendrait alors le malaise que Christian Mwando, également sociétaire du G7, qui, dans une déclaration à la presse la semaine dernière, accusait la majorité de vouloir diviser le G7 et l’Udps. Mwando faisait, en fait, allusion à un titre du journal Le Potentiel qui faisait état d’une transition de deux ans avec Félix Tshilombo aux commandes, tandis que Moïse Katumbi verrait son sort judiciaire inchangé. Mais ce que Mwando n’a pas voulu dire à ceux qui voulait bien l’écouter c’est qu’il est faux d’attribuer cette projection venant du Potentiel qui appartient à un sociétaire du G7 en la personne de Modeste Mutinga. Celui-ci est, en effet, membre du MSR, aile Lumbi. Mutinga avait, d’ailleurs, démissionné de son poste de rapport du Sénat pour marquer son départ de la majorité grâce à laquelle il avait obtenu ce poste au bureau de la chambre haute.

Bref, à la limite l’on pourrait dire que malgré les photos de démenti de Tshilombo et Katumbi, il existe bien un malaise au sein de l’opposition radicale et ce ne sont pas les dénégations de Fatshi qui y changeraient quelque chose….

Pour revenir à Lutundula, notons que ce n’est pas d’un juriste de sa trempe qu’on pouvait entendre des hésitations et des balbutiements sur la question centrale relative à la légalité d’une transition sans le Président en fonction, mais écarté dans des conditions sans aucun rapport avec les élections, pendant que ce Président n’a ni démissionné et ne se trouve pas dans des conditions d’indisponibilité définitive. A la limite, l’on parlerait d’un coup d’Etat, mais avant cela, l’on ne s’étonnerait pas de constater que ce soit de la part des légalistes que vienne cette formule constitutionnellement loufoque.

Une contradiction plutôt curieuse et suspecte lorsqu’on sait que ce sont les mêmes radicaux, Lutundula y compris, qui se sont toujours battu pour le respect de la Constitution, accusant la majorité de la violer systématiquement. Et il se trouve que ce sont les mêmes qui se montrent incapables d’expliquer aux Congolais ce que deviendrait cette Constitution dans une formule légalement sans tête ni queue, et cela aussi bien lors de ladite transition et dans le cas où les élections y seraient organisées.

 

L’Udps, dindon de la farce

Depuis le début du processus des négociations politiques prônées par l’accord-cadre d’Addis-Abeba et de la résolution subséquente du Conseil de sécurité, le G7 a toujours évolué en maître de l’opposition, dictant ses vues et stratégies pour servir la cause évoquée plus haut. C’est, en effet, le G7 qui avait embarqué Etienne Tshisekedi et l’Udps dans la dynamique ayant conduit à la création du Rassemblement à Genval, torpillant de ce fait le dialogue facilité par Edem Kodjo, en réponse justement à la demande d’une facilitation internationale par la même opposition dont l’Udps et Tshisekedi. C’est encore le G7 qui, tout dernièrement, a fait capoter la médiation discrète menée par Maman Sidikou de la Monusco pour ramener le Rassop dans l’accord du centre interdiocésain.

Tout, dans le comportement du G7 ne concourt qu’à la sublimation des ambitions de Katumbi présenté dès le départ comme candidat de l’opposition à la présidence de la République. Et pour faire taire toute autre ambition, c’est le même G7 et Katumbi qui furent les premiers à proposer une primaire pour désigner un candidat unique, ce à quoi l’Udps s’opposa vigoureusement du vivant de Tshisekedi. Mais aujourd’hui, l’Udps n’est plus qu’une coquille vide, essorée par le puissant porte-monnaie de Katumbi qui en a acheté ce qui en restait encore de leaders. L’objectif, pour Katumbi étant de mettre à son service l’Udps qui passe encore pour le seul parti de l’opposition à pouvoir mobiliser la rue, cette même rue qui est au cœur des stratégies, mais qui n’existe nulle part à leur bout.

 

Pascal Debré MPOKO

Actualité

JEAN-MARC KABUND DEMOLI SUR TOP CONGO FMJEAN-MARC KABUND DEMOLI SUR TOP CONGO FM
11 Déc 2017 07:31 - Redaction Online

Qui a envoyé Jean-Marc Kabund au débat avec la presse sur Top Congo fm ? Les auditeurs de cette radio n’ont cessé de se poser cette question durant les 75 minutes qu’a duré ce qu’ils qual [ ... ]

MERCENAIRES M-23 : IDA SAWYER A BIDONNÉ SON RAPPORT !MERCENAIRES M-23 : IDA SAWYER A BIDONNÉ SON RAPPOR...
08 Déc 2017 10:02 - Redaction Online

La directrice Afrique de Human Rights Watch a publié un rapport sur le présumé recrutement d'anciens éléments de l'ex-M23 sans tenir compte des démentis et des réponses de Kinshasa au questio [ ... ]

FATSHI CE JEUDI CHEZ BBC SOUS COACHING FORREST !FATSHI CE JEUDI CHEZ BBC SOUS COACHING FORREST !
06 Déc 2017 15:34 - Redaction Online

Alors qu’il vient de lancer un appel à une nouvelle marche pour le 19 décembre et que les combattants n’ont pas encore décoléré de son faux bond, Félix Tshilombo vient de nouveau de s’é [ ... ]

MANIFS EN RDC : HUMAN RIGHTS WATCH ATTISE LA HAINE TRIBALEMANIFS EN RDC : HUMAN RIGHTS WATCH ATTISE LA HAINE...
04 Déc 2017 11:59 - Redaction Online

Dans un nouveau rapport tendant à discréditer la RDC sous un fallacieux recrutement d’éléments ex-M23 pour des répressions des manifestants en décembre 2016, HRW met en scène les communaut [ ... ]

Palais de la Nation: seance du travail, ce dimanche 15 Octobre 2017

JT et REVUE DE PRESSE

Vidéo récente
Loading Player...
Watching: JT ET REVUE DE PRESSE BSCTV (13 videos)
Loading...
Playlist: 0

.