SINDIKA DOKOLO POURSUIVI A KINSHASA POUR FAUX ET STELLIONAT

0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Nouveau donneur des leçons sur les affaires d’Etat, le gendre de Dos Santos a des démêlées avec la justice à Kinshasa dans une sordide affaire de trafic de documents et d’appropriation indue de biens immobiliers, selon les pièces du dossier. Une affaire qui s’est soldée, dans un premier temps, par un rocambolesque jugement rendu en l’absence de l’accusé qui ne s’était pourtant pas présenté physiquement comme exigé par la loi, mais qui a curieusement été acquitté et renvoyé de fin de toute poursuite.

 

Jusqu’à un passé très récent, Sindika Dokolo est de ces hommes d’Affaires congolais dont parlaient juste quelques personnes qui ont connu son père, Dokolo Sanu, patron du groupe Dokolo qui possédait, à l’époque de Mobutu, la Banque de Kinshasa (BDK), l’unique banque privée zaïroise de l’époque. Effacé et discret, l’homme est de cette génération des jeunes hommes d’affaires à qui l’on donnerait le saint sans confession. Gendre du Président angolais Eduardo Dos Santos, il est le mari d’Isabel Dos Santos, aujourd’hui présentée comme la femme la plus riche d’Afrique. Tout donc pour l’élever au-dessus de tout soupçons, surtout lorsqu’il s’agit d’affaires courantes devant les cours et tribunaux kinois au sujet des successions, des actes d’escroquerie, etc.

Le beau métis des rivages angolais de l’océan où il a choisi de s’installer depuis plus de deux décennies est aujourd’hui trainé en justice dans une affaire de stellionat et de faux. L’affaire a été portée à la connaissance du Procureur général près le parquet de la Gombe, à Kinshasa, depuis 2013 par une plainte déposée par Yvonne Kusuamina Basola de la succession Kusuamina sur une autre affaire de spoliation de biens – l’affaire Sokidet Sarl - dont le propriétaire (Bernard Kusuamina), également décédé, avait été victime de la part de Augustin Dokolo, père de Sindika, alors en vie.

 

De quoi s’agit-il ?

Gestionnaire statutaire de Sokidet Sarl après la mort de leur père, Yvonne Kusuamina avait saisi la justice en vue de retrouver les traces des documents de leurs biens immobiliers, soit six maisons à usage commercial ainsi que des terrains disséminés à travers la ville de Kinshasa. Aujourd’hui, l’un de ces terrains, situé sur la 12ème rue industrielle à Limete, a été morcelé en plus de trente parcelles où sont érigées des villas cossues.

Selon les éléments du dossier, les enquêtes menées sur réquisition de la succession Kusuamina vont déboucher sur Sindika Dokolo et son frère Luzolo Dokolo. Ceux-ci disent détenir des titres de propriété de ces biens immobiliers qu’ils auraient obtenus à l’insu de leurs propriétaires, la succession Kusuamina. Et, au regard des pièces du dossier, la procédure d’acquisition laisse pantois par rapport au rang et à la réputation de Sindika Dokolo qui aurait usé des méthodes d’escroquerie courantes dans ce genre d’affaires devant les cours et tribunaux kinois. Un rapport judiciaire d’enquête daté du 14 mars 2014 renseigne, en effet, que les deux fils Dokolo se sont plutôt fait établir des certificats d’enregistrement des parcelles litigieuses en leurs noms respectifs, et cela en l’absence totale de la moindre démarche officielle et légale qui pouvait faire d’eux les propriétaires de ces biens. Pour y parvenir, ils auraient commencé par faire publier des déclarations de perte supposée des titres de propriété de ces biens immobiliers pour se faire établir des duplicata au nom de la Sokidet Sarl. De là seront effectués les transferts des différents titres en leurs noms respectifs en vertu d’une vente qu’ils auraient conclue avec la Sokidet, mais dont ni cette société ni les services compétents de l’Etat ne détiennent la moindre trace.

A ce jour, toujours selon des sources judiciaires, les fils Dokolo auraient déjà revendu 4 maisons parmi le lot querellé, tandis que trois autres abritent des chambres froides dont les factures de consommation d’électricité sont toujours adressées à la Sokidet pourtant censée ne plus en être la propriétaire, mais au nom de laquelle ces factures sont toujours établies.

A ce stade, les enquêteurs subodorent déjà un stellionat doublé d’un faux. C’est ainsi que, sur base d’une plainte introduite par la Sokidet en date du 18 novembre 2016, le Parquet général de Kinshasa/Gombe va placer des policiers, pour réquisition d’information, aux trois parcelles non encore vendues, le temps d’une enquête à cet effet.

Il n’a pas fallu longtemps pour voir le loup sortir du bois. Le 18 novembre 2016, en effet, Sindika Dokolo apparaît pour la première fois dans l’affaire à travers une citation directe qu’il initie contre Yvonne Kusuamina, gérante statutaire de la Sokidet Sarl, qu’il poursuit pour dénonciation calomnieuse. Par cette initiative, Dokolo Sindika s’autoproclame propriétaire des immeubles querellés et reconnaît être responsable des antécédents et de la suite du dossier.

Mais, ne se laissant pas démonter, la succession Kusuamina poursuit sa démarche au pénal en déclenchant une citation directe à l’encontre Sondika Dokolo pour faux et stellionat. Le dossier est fixé, et le cité est censé se présenter physiquement. Mais, contre toute attente, le jour de l’audience, Sindika Dokolo s’absente et se faire représenter par ses avocats. A l’audience suivante, et de nouveau contre toute attente, le juge en charge du dossier rend quand même son jugement. Il acquitte purement et simplement l’accusé qu’il renvoie de fin de toute poursuite, tout en infligeant des amendes à l’accusation.

Que s’est-il donc passé pour que l’on assiste à un revirement de situation aussi spectaculaire ? Au cours d’une émission télévisée sur la chaîne Molière Tv, la succession Kusuamina a avancé que la mère de Sindika Dokolo, de nationalité française, aurait été derrière l’affaire…

La succession Kusuamina est quand même allée en appel, mais en attendant, cette affaire présente Sindika Dokolo sous un jour bien particulier qui tranche nettement avec l’image de ce nouveau donneur de leçons sur les affaires d’Etat par rapport auxquelles il gardait pourtant des distances. Ses sorties médiatiques, et sur les réseaux sociaux, de ses derniers temps ne sont pas étrangers au lobbying de certains acteurs politiques avec comme trait d’union, Olivier Kamitatu, l’un de ses amis d’enfance.

Affaire à suivre donc…

 

Congovirutel

Actualité

JEAN-MARC KABUND DEMOLI SUR TOP CONGO FMJEAN-MARC KABUND DEMOLI SUR TOP CONGO FM
11 Déc 2017 07:31 - Redaction Online

Qui a envoyé Jean-Marc Kabund au débat avec la presse sur Top Congo fm ? Les auditeurs de cette radio n’ont cessé de se poser cette question durant les 75 minutes qu’a duré ce qu’ils qual [ ... ]

MERCENAIRES M-23 : IDA SAWYER A BIDONNÉ SON RAPPORT !MERCENAIRES M-23 : IDA SAWYER A BIDONNÉ SON RAPPOR...
08 Déc 2017 10:02 - Redaction Online

La directrice Afrique de Human Rights Watch a publié un rapport sur le présumé recrutement d'anciens éléments de l'ex-M23 sans tenir compte des démentis et des réponses de Kinshasa au questio [ ... ]

FATSHI CE JEUDI CHEZ BBC SOUS COACHING FORREST !FATSHI CE JEUDI CHEZ BBC SOUS COACHING FORREST !
06 Déc 2017 15:34 - Redaction Online

Alors qu’il vient de lancer un appel à une nouvelle marche pour le 19 décembre et que les combattants n’ont pas encore décoléré de son faux bond, Félix Tshilombo vient de nouveau de s’é [ ... ]

MANIFS EN RDC : HUMAN RIGHTS WATCH ATTISE LA HAINE TRIBALEMANIFS EN RDC : HUMAN RIGHTS WATCH ATTISE LA HAINE...
04 Déc 2017 11:59 - Redaction Online

Dans un nouveau rapport tendant à discréditer la RDC sous un fallacieux recrutement d’éléments ex-M23 pour des répressions des manifestants en décembre 2016, HRW met en scène les communaut [ ... ]

Palais de la Nation: seance du travail, ce dimanche 15 Octobre 2017

JT et REVUE DE PRESSE

Vidéo récente
Loading Player...
Watching: JT ET REVUE DE PRESSE BSCTV (13 videos)
Loading...
Playlist: 0

.